Marché obligataire : dans le viseur du Rhino - Semaine du 7 avril 2013

le
0

Alors que les indices actions américains se trouvent sur des sommets historiques, que les indices européens tiennent bon malgré les mini-crises dans la longue crise des dettes souveraines, que les obligations d'entreprises n'en finissent plus de voir leur spread se comprimer, et alors que la banque centrale du Japon se lance dans un assouplissement monétaire d'envergure, les marchés financiers semblent se diviser en deux camps. D'un côté les optimistes, qui semblent avoir des positions de long terme pour jouer la reprise et qui "savent" que les marchés pourraient corriger dans les semaines qui viennent. Ils ne s'en inquiètent pas et pensent que toute correction serait limitée et passagère. De l'autre côté, plus inquiets, profondément marqués par les 5 années de crises que l'on vient de vivre, ceux qui craignent que l'on soit à la veille d'une nouvelle correction marquée des actions. Ces derniers pensent notamment que la multiplication des crises au niveau international finira par faire éclater les marchés. Selon Obliginvest, malgré, effectivement, la multiplication des sujets d'inquiétude : la situation politique en Italie, Chypre, la Corée du Nord, le retour de la grippe aviaire, l'Iran... le seul véritable objet qui va tirer les marchés vers le haut ou au contraire peser sur eux est la croissance économique... Les chiffres sont parfois rassurants, parfois décevants, et l'économie mondiale ne semble pas prendre une direction plutôt qu'une autre. A notre avis, même si certains sujets peuvent provoquer une inquiétude passagère et donc une correction, la croissance est vraiment l'unique chose à surveiller actuellement pour l'investisseur de long terme. La saison des résultats du premier trimestre va débuter doucement outre-Atlantique, ce sera un bon test.

Europe... Draghi insiste sur le caractère inamovible de l'Euro

En Europe, qui intéresse davantage nos lecteurs, il est certain que pour le moment, les perspectives économiques ne sont pas reluisantes. Mais dorénavant, l'OMT reste un pare-feu très efficace.

L'OMT permet en particulier de confiner les problèmes européens au niveau régional. Les problèmes récents (Italie, Chypre) n'ont en effet pas eu d'effets au niveau mondial contrairement à l'année passée (les indices américains ont atteint des plus hauts historiques en pleine crise chypriote). Ils n'ont pas non plus contaminé les autres pays du sud européens.

Concernant la monnaie unique, la BCE a peut-être déçue certains investisseurs qui attendaient de nouvelles mesures concrètes la semaine dernière, mais Mario Draghi a répété, comme lors de son discours dorénavant célèbre de l'été 2012 , que les investisseurs non-européens sous-estiment la dimension politique de l'Euro et son caractère inamovible (c'est ce qu'Obliginvest répète depuis près de 2 ans maintenant, quand des rumeurs venues d'outre-Atlantique parlaient d'une implosion de la Zone Euro). Tant que la volonté politique en Europe est de consever l'Euro, celui-ci traversera les crises, il n'y a pas d'alternatives. C'est ce qu'a répété M.Draghi : "ces questions (NDLR : de pays sortant de l'euro) sont formulées par des individus qui sous estiment ce que l'Euro signifie pour les européens et pour la Zone Euro. Ils posent des questions du type "si l'Euro implose", "si un pays quitte la Zone Euro demain". L'euro est quelque chose de très important. C'est un projet de l'Union Européenne. C'est pourquoi vous ne pouvez pas demander à des gens comme moi "que se passerait-il si...". Il n'y a pas de plan B. Par ailleurs, la BCE a montré sa détermination à combattre tout risque de dévaluation et de sortie de l'Euro. Les OMT sont là pour ça.". On ne peut pas être plus clair.

Japon

Cette semaine a également été marquée par l'annonce d'une intervention massive de la Banque du Japon sur les marchés financiers. La BoJ va faire tourner à plein régime le stimulus monétaire.

Sur les marchés obligataires, cette annonce a entraîné une baisse des rendements de la plupart des obligations souveraines... Même les pays du sud de l'Europe (Espagne et Italie) en ont bénéficié. Les taux à 10 ans espagnol et italien ont baissé à 4,72% et 4,35% respectivement.

Dans le viseur du Rhino cette semaine

Encore une semaine très calme en terme de nouvelles et de données. Les investisseurs se demandent si la croissance va à nouveau ralentir au printemps et si les résultats du premier trimestre des entreprises seront bons. Malheureusement, ils vont encore devoir attendre une semaine ou deux avant d'avoir des réponses. Cette semaine, les investisseurs devront se contenter d'indications, avant que la saison des résultats ne batte vraiment son plein à partir du 15 avril prochain.

Europe. Les investisseurs auront quand même des choses à se mettre sous la dent, notamment au plan politique

  • En Italie. Les choses avancent lentement. On attend toujours que les efforts de l'actuel président, M. Napolitano, pour former un gouvernement portent leurs fruits (une coalition Bersani/Berlusconi est-elle possible ?). Le paiement des arriérés du secteur public envers les entreprises du pays sera important (M. Draghi a d'ailleurs insisté sur ce point la semaine passée). Le gouvernement de "technocrates" actuel pourra-t-il faire passer des réformes ? Enfin, le parlement italien va commencer à élire son futur président de la république le 18 avril
  • Au Portugal. La cour coustitutionnelle a rejeté vendredi une partie du budget 2013. Les investisseurs vont observer de près comment le gouvernement va réviser son programme d'austérité en retour.
  • Eurogroup. Les ministres des finances européens se réunissent vendredi 12 et samedi 13 et pourraient décider d'allonger la maturité des aides qui avaient été accordées aux gouvernements irlandais et portugais dans le cadre de leur plan de sauvetage

Les résultats outre-Atlantique

Comme à son habitude, Alcoa débutera la saison des résultats. Néanmoins, ceux-ci ne sont pas un bon indicateur pour les résultats globaux. La saison entrera dans le vif du sujet seulement la semaine prochaine. On notera toutefois le début des résultats bancaires le vendredi 12 avec les publications de JP Morgan et Wells Fargo.

Les chiffres économiques chinois

La deuxième économie mondiale a dorénavant son importance. Lundi soir sortirons le CPI et le PPI. On attend également la balance commerciale en première partie de semaine puis les ventes aux détails ainsi que la progression du PIB pour le premier trimestre le dimanche 14.

Etats-Unis

Enfin, outre Atlantique, deux publications importantes.

  • Les minutes du FOMC seront publiées mercredi 10. Les problématiques sont toujours les mêmes. La principale étant de savoir quand le FOMC jugera que le marché de l'emploi s'est suffisamment redressé pour ralentir son programme de rachat d'actifs.
  • Le buget publié par le président Obama, le même jour : mercredi 10. Cela pourrait donner une idée des coupes budgétaires qu'Obama est prêt à consentir avant le prochain débat sur le plafond de la dette qui devrait avoir lieu entre mai et juillet prochains.

Voilà. Pas de résultats ou publications économiques d'importance en dehors de celles dont nous venons de parler. Il ne nous reste donc qu'à vous souhaiter une bonne semaine au nom de toute l'équipe d'Obliginvest... Sans oublier un petit mot d'encouragement à la dream team toulonnaise qui reçoit les anglais de Leicester au stade Mayol cet après midi en quart de finale de la coupe d'Europe de Rugby...

Copyright photo : watcharakun-freedigitalphotos.net


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux