Marché obligataire : dans le viseur du Rhino - Semaine du 29 avril 2013

le
0

Alors que la semaine dernière, beaucoup d'investisseurs pensaient que les actions allaient ("enfin") corriger de manière significative, la semaine s'est encore terminée sur une note positive pour les actions et les obligations d'entreprises. Lorsque les marchés actions baissent, en général, on arrive à en déterminer les raisons. L'exercice est plus difficile en cas de hausse continue des actions et beaucoup d'intervenants se demandent pourquoi les marchés risqués ne parviennent pas à corriger et pourquoi la hausse est si soutenue outre-Atlantique. En Europe, même si les indices ont plus de mal à monter, ils sont tout aussi résistants à la baisse... Plusieurs facteurs expliquent cela, et certains pourraient-être confirmés ou infirmés cette semaine, assez riche sur le plan des événements à suivre... Il faut aussi noter ce dimanche la formation du gouvernement italien avec à sa tête, le premier ministre Enrico Letta, numéro 2 du PD de M. Bersani. Cette nouvelle devrait rassurer les investisseurs à l'ouverture des marchés lundi... Enfin, les certitudes concernant l'avenir sont suffisamment rares pour qu'on les souligne : un club français sera champion d'Europe de Rugby cette année... Toulon ou Clermont, that is the question...

Selon Obliginvest, plusieurs facteurs expliquent la résistance des marchés risqués et leur relative bonne performance depuis le début de l'année. Ces 5 piliers soutiennent les marchés risqués depuis plusieurs mois :

  • le calme qui règne sur la macro-économie. Surtout en Europe... où les déboires italiens ou chypriote n'effraient plus les investisseurs, aguerris par les heures bien plus effrayantes qu'ils ont vécu avec la Grèce et l'Espagne l'année dernière et qui surtout sont rassurés par l'OMT...
  • Les politiques monétaires pratiquées par les banques centrales sont toujours extrêmement accommodantes (la diminution du rythme d'achats de titres par la FED a été intégrée par les investisseurs et ces derniers attendent de plus en plus la prochaine innovation de la BCE... )
  • Les marchés actions semblent valorisés de manière raisonnable
  • Les marchés actions sont soutenus par les rachats d'actions (comme Apple qui a annoncé un programme de rachat d'actions de 60 Md$ la semaine passée) et par les interventions des banques centrales (la banque du Japon, mais aussi de Suisse ou d'Israël, pour ne parler que d'elles se tournent vers les actions en raison du niveau extrêmement bas des obligations souveraines, pour placer leurs réserves de devises)
  • Comme nous le répétons depuis plusieurs mois maintenant, les perspectives de croissance continuent de soutenir les actions. De tous les facteurs, c'est celui qui est le plus ignoré... Pourtant, nous pensons que si la croissance n'était pas au rendez-vous au second semestre, comme l'attendent bon nombre d'investisseurs, la correction pourrait être sévère
  • Les marchés risqués (actions mais aussi obligations d'entreprises) se sont particulièrement bien portés la semaine dernière en Europe. Mais plus que la bonne performance de l'Eurostoxx par rapport aux autres indices de la planète, le recul des taux des pays du sud de l'Europe nous parraissent importants.

    Le taux à 10 ans italien est passé sous les 4% durant la semaine et l'a terminé à 4,05%. Les taux espagnols étaient également en baisse. Les investisseurs ont ainsi récompensé le fait que l'Allemagne et l'Europe aient fait quelques concessions sur l'austérité. Par ailleurs, la réunion de la BCE attendue cette semaine (nous y reviendrons) a sûrement aidé. Enfin, l'Italie est en train de sortir de la crise politique dans laquelle elle se trouvait et les nouveaux objectifs espagnols en terme de déficit ont été acceptés par l'Union Européenne.

    L'ombre de l'OMT continue donc de planer sur l'Europe et joue à plein son rôle de stabilisateur dans la région... Mais aussi sur les marchés en général. La planète finance s'est vraiment fait peur l'année dernière avec l'implosion de l'Euro qui était sur toutes les lèvres, et tout le monde semble rassuré sur ce point aujourd'hui. Cette mesure a donc eu un impact psychologique majeur sur les marchés financiers, même si elle ne résout pas tous les problèmes de la Zone Euro.

    Dans le viseur du Rhino cette semaine

    La semaine sera marquée par la réunion des deux grandes banques centrales : la FED et la BCE.

    La FED ouvrira le bal mercredi 1er mai. Cela sera une réunion traditionnelle, avec la publication d'un communiqué de presse du FOMC, mais sans conférence de presse de Ben Bernanke. Les investisseurs décortiqueront à la loupe ce communiqué, pour voir s'ils y trouveront une définition plus précise des objectifs de la FED concernant la croissance et l'inflation, qui leur permette d'anticiper le début de la fin du programme d'achat d'actifs actuel (Quantitative Easing). Dans l'ensemble toutefois, cette réunion pourrait passer relativement inaperçue pour une réunion de la FED, les investisseurs attendant surtout celle de son homologue européenne le lendemain...

    L'événement de la semaine en Europe sera sans doute la réunion de la BCE du jeudi 2 mai. Les dernières réunions ont été plutôt sans grand intérêt après l'annonce de l'OMT l'été dernier. Mais la pression s'accroît sur Mario Draghi pour qu'il intervienne après les mauvais chiffres de croissance en Europe. La plupart des observateurs pensent que le scénario d'une reprise de la croissance européenne au second semestre 2013 étant compromis, Mario Draghi devrait annoncer une baisse des taux directeurs jeudi... S'il ne le fait pas, les marchés pourraient donc être déçus. Toutefois, tout le monde s'accorde également à dire que les taux sont déjà tellement bas, que cette nouvelle baisse risque de ne pas avoir beaucoup d'effets...

    Les marchés financiers attendent donc surtout de Mario Draghi qu'il les tienne en haleine avec des indices qui pourraient présager de nouvelles mesures exceptionnelles... même si aucune mesure concrète n'est annoncée, les investisseurs attendent en quelque sorte qu'on entretienne leur espoir, un signe pour des mesures dans l'avenir... Les attentes sont élevées et le risque est donc que cette réunion de la BCE ne déçoive...

    Les chiffres de l'emploi américain le vendredi 3 mai. Les investisseurs européens auront la réunion de la BCE, mais les chiffres de l'emploi américain seront sans doute l'événement de la semaine pour les investisseurs américains. Ceux du mois de mars étaient décevants, et les craintes d'un nouveau ralentissement économique au printemps sont vives outre-Atlantique... Les prévisions ADP qui sortent mercredi puis les chiffres officiels qui seront publiés vendredi seront donc attendus de pied ferme et feront réagir les marchés en cas de surprise

    Enfin, les investisseurs regarderont les indices PMI, baromètres de l'état de santé des économies qui sortiront tout au long de la semaine pour différents pays (mardi pour la Chine et les USA et jeudi pour l'Europe)

    Il ne nous reste plus qu'à vous souhaiter une bonne semaine et un joli mois de mai de la part de toute l'équipe d'obliginvest.com !

    Copyright Photo : watcharakun / freedigitalphotos.net


    Valeur associée
      Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

    Partenaires Taux