Marché: net recul de l'euro contre le sterling cette semaine

le
0

(CercleFinance.com) - La monnaie unique européenne s'apprête à terminer une semaine en nette baisse contre les devises anglo-saxonnes, sterling en tête. Certes, vendredi midi, l'euro rebondissait mollement par rapport à la veille de 0,16% contre le dollar américain à 1,1219 et de 0,40% face au sterling, à 0,7701. Mais sur huit jours, les baisses atteignent toujours 2,4% dans le premier cas, et 0,8% dans le second.

Par ailleurs, l'euro prend également 0,47% à 123,74 face au yen et 0,18% contre le franc suisse, à 1,1117.

En effet, les cambistes ne parlent presque que des fameuses 'minutes' de la Fed, c'est-à-dire le compte-rendu de la réunion par laquelle le comité de politique monétaire de la banque centrale américaine (le fameux FOMC) a maintenu à 0,25-0,50% son principal taux directeur, le 27 avril dernier. Leur publication remonte à mercredi soir.

Surprise : nombre de membres de la Fed ont clairement fait comprendre, dans ce document, qu'une nouvelle hausse des taux courts était envisageable dès le FOMC de juin. 'Les minutes de la réunion d'avril du FOMC ouvrent la voie à une hausse des taux de la Fed en juin ou en juillet. Le marché qui s'était positionné sur l'idée d'un statu quo jusqu'au début de 2017 a radicalement changé ses vues', commentent ce matin les analystes d'Oddo & Cie.

Certes, la Fed a aussi fourni les conditions sine qua non, à savoir : une reprise de la croissance au 2e trimestre, un marché de l'emploi toujours sain et un redressement de l'inflation. Mais grosso modo, les conditions semblent en voie d'être réunies, de l'avis des spécialistes.

Du côté des officiels de la Fed, le vice-président Stanley Fischer s'est déclaré plus modéré sur les perspectives des Fed Funds que plusieurs 'faucons' qui dernièrement se sont exprimés à ce sujet. A l'inverse, le patron de la Fed New York, William Dudley, a estimé que si ses prévisions macroéconomiques se confirmaient, 'alors un resserrement durant l'été, en juin ou en juillet, serait une anticipation raisonnable'.

Notons que de son côté, le sterling est porté face à la monnaie unique européenne par les derniers sondages indiquant que le référendum du 23 juin pourrait ne pas se solder par le “Brexit”, le pire des scénarios. Ce qui permettrait au Royaume-Uni de rester dans l'Union européenne.

Tout à l'heure aux Etats-Unis, les opérateurs guetteront les ventes de logements anciens en avril, attendues en hausse vers 5,4 millions d'unités en rythme annualisé.

EG

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant