Marché: les places européennes restent dans le dur.

le
0

(CercleFinance.com) - Les inquiétudes macroéconomiques continuent de peser sur les marchés actions européens ce mercredi et les pertes se creusent à l'approche de la clôture.

Vers 17h, plus aucun indice ne surnage, pas même le Footsie 100, qui se replie de 1,5%, tout comme le PSI 20 à Lisbonne, tandis que le CAC 40 et le Dax décrochent tous deux de 2,1%. Si le SMI (Zürich) limite davantage les dégâts (-0,9%), le BEL 20 recule quant à lui de 2%. L'AEX (Amsterdam) et l'Ibex 35 (Madrid) dévissent de leur côté de 2,4%, alors que le Footsie Mib se déleste de 2,7% à Milan.

'On n'a pas beaucoup d'indicateurs économiques au programme aujourd'hui et de toute façon les investisseurs se focalisent uniquement sur les statistiques susceptibles de capter le sentiment économique après le vote du Brexit', expliquait un opérateur ce matin.

'Les risques relatifs aux banques italiennes et au Brexit continuent de peser sur les marchés internationaux. En conséquence, les opérateurs se ruent vers les actifs refuges', ont de leur côté observé les équipes de XTB France.

Concernant les indicateurs, les opérateurs ont pris connaissance tout à l'heure d'une stabilité des commandes à l'industrie en Allemagne en mai. La vigueur des commandes internationales a compensé la faiblesse du marché intérieur, ont montré des statistiques dévoilées par Destatis.

Outre-Atlantique, le Département du Commerce a fait état d'un creusement du déficit commercial en mai. Celui-ci est en effet ressorti à 41,1 milliards de dollars, contre 37,4 milliards le mois précédent (chiffre non révisé). Par comparaison, le consensus tablait sur une augmentation moindre du déficit autour de 40 milliards de dollars.

La croissance de l'activité des services a en revanche accéléré en juin à en croire l'indice d'activité de l'Institute for Supply Management (ISM) publié mercredi. L'indice ISM non-manufacturier s'est en effet établi à 56,5 le mois dernier, après 52,9 le mois précédent, alors que les économistes attendaient une hausse moins prononcée à 53,5.

Sur le marché des changes, l'euro cède 0,1% face au dollar à 1,1058. Le baril de Brent poursuit quant à lui son repli, lâchant maintenant 1,3% à 47,3 dollars.

Enfin, au chapitre microéconomique, l'action Telecom Italia plonge de 10,8%, soit l'une des pluss forte baisses du Footsie MIB, indice phare de la Bourse de Milan, où les bancaires continuent d'inquiéter. L'un des grands actionnaires de l'opérateur, Xavier Niel, est en train de sortir maintenant que son groupe, Iliad, a racheté d'autres actifs télécoms en Italie.

A Paris, Air Liquide (-4,2%) demeure pour sa part lanterne rouge du CAC 40 après que le groupe a présenté ce mercredi lors de sa journée investisseurs son nouveau programme d'entreprise, baptisé 'NEOS', qui laisse visiblement le marché sur sa faim.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant