Marché: les indices US dévissent, plongeon du baril.

le
0

(CercleFinance.com) - Wall Street se reconnecte avec la réalité et ça ne pardonne pas: entre l'effondrement du cours du pétrole (-4% à 35,3$), celui du Rand Sud-Africain (-10% cette semaine), la fermeture d'un fonds spécialisé dans le 'high Yield' (Third Avenue Management), des chiffres économiques US plutôt décevants, etc.

Au final, le 'S&P' dévisse de -1,96% et le Nasdaq de -2,22% et le Dow Jones de -1,76%. Sur la semaine, le 'Dow' lâche -3,3%, le 'S&P' -3,8% et le Nasdaq -4,1%.

Mais ce n'est pas le pire: le 'VIX', le baromètre de l'aversion au risque, explose littéralement de +26% à 24,4... il affiche plus de +50% sur la semaine, c'est un signal d'alerte à prendre très au sérieux car il s'agit d'un écart intraday et hebdo comparable à celui observé lors de la grande crise des 'subprime' à la fin de l'été 2008.

Et les encours de 'high Yield' en détresse (ceux adossés à des groupes pétroliers) rappelle furieusement les montants de 'subprime' en défaut lorsque le marché prit conscience qu'il y a avait un (sérieux) problème.

La FED nous expliquera t'elle une fois encore que ce segment obligataire est 'un cas à part' et qu'il n'y a pas de risque de contagion aux autres secteur ?

Les opérateurs cherchent brusquement refuge sur les bons du Trésor jugés sans risque: il en résulte une détente de -10Pts de base à 2,135%... un scénario 'improbable' à 3 séances d'une hausse de taux.

En ce qui concerne les emprunteurs du secteur pétrolier, ils subissent une véritable désintégration boursière, un krach monumental avec des écarts annuels allant de -50 à -75% sur nombre de spécialistes du pétrole de schistes... et un gérant spécialisé dans le 'high yield' vient d'avertir ses clients qu'il commence à liquider ses fonds.

Le plongeon du baril de 'WTI' sous l'ex-plancher annuel des 38$ semble leur asséner le coup de grâce: le marché du crédit va se congeler, les groupes pétroliers 'juniors' ne trouvent plus un Dollar de financement.

Les scores boursiers sont abyssaux, c'est la capitulation, le sauve qui peut général: Southwest Energy affiche -14,15%, Williams -11%, Range -10,6%, Cabot Oil et Chesapeake -8,9%, Oneok -8%, Freeport -6,3%, Valero -5,4%, Marathon -5,2%, Chevron -3,2%.

Le secteur 'énergie' dans son ensemble a dévissé de -3,4% ce soir, de -11% en 10 séances et de -24,5% depuis le premier janvier.

Wall Street n'a pas trouvé de motifs à se rassurer avec les 'chiffres du jour': l'indice de confiance des ménages du Michigan ressortait en hausse de seulement +0,5% à 91,8 (au lieu de 92,3 attendu), le ratio stocks/ventes des entreprises s'est dégradé à 1,38 contre 1,37%, le pire score depuis 2009.

Ce n'est guère surprenant : après un mois d'octobre médiocre, la croissance des ventes au détail a faiblement accéléré en novembre (+0,2%) aux Etats-Unis, la hausse des ventes de vêtements et de produits électroniques ayant été compensée par la baisse des ventes des stations-service (hors variables volatiles, la hausse est de +0,6%).

Le weekend de Thanksgiving ne traduit pas d'accélération des dépenses des ménages après un mois d'octobre décevant (+0,1%).

Les prix à la production aux Etats-Unis ont en revanche rebondi le mois dernier, engrangeant 0,3% en rythme séquentiel. Ils avaient baissé de 0,4% en octobre et le consensus tablait sur un nouveau repli de 0,1%.

Wall Street semble avoir abandonné ce soir tout espoir de finir l'année au plus haut, ou tout du moins d'ici la séance des '4 sorcières' du 18/12.

Alors que les achats se concentraient depuis quelques jours sur les titres les plus chers de la cote, ce sont cette fois les prises de profit qui l'emportent au sein du Nasdaq avec NXP -5,9%, Yahoo -5%, Staples -4,6%, Tesla -4,4%, Micron -4,2%, Vertex -3,5%, Facebook -3,15%, Qualcomm et Mondelez -2,8%, Apple -2,6%.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant