Marché: les cambistes suspendus à l'élection américaine.

le
0

(CercleFinance.com) - L'expectative était de mise mardi midi sur marché des changes alors que “l'Election Day” qui débouchera sur la désignation du 45e président des Etats-Unis se tiendra aujourd'hui outre-Atlantique. Pour l'heure, l'euro restait neutre (+ 0,04% à 1,1047 dollar), ce qui vaut aussi face à la livre (+ 0,13% à 115,55), le franc suisse (+ 0,18% à 1,0781) et le yen (- 0,03% à 0,8906).

Les opérateurs de changes ont les yeux rivés sur les Etats-Unis, où les Américains seront ce jour appelés aux urnes pour désigner des grands électeurs qui, à leur tour, éliront indirectement le président des Etats-Unis. Ce qui fait passer le reste de l'actualité statistique au second plan.

Rappelons que vendredi dernier, en écho aux sondages favorables au candidat républicain, Donald Trump, l'euro avait grimpé jusqu'à 1,1150 dollar. Puis il avait reculé lundi sur les derniers développements de “l'e-mailgate”, c'est-à-dire “l'affaire” des e-mails professionnels échangés par Hillary Clinton via un serveur privé lorsqu'elle était secrétaire d'Etat. Une huitaine de jours après l'avoir ouverte, le FBI a annoncé la clôture de l'enquête et a confirmé qu'il ne demanderait pas l'engagement de poursuites.

Cette annonce a permis aux sondages d'opinion de redevenir plus favorables Hillary Clinton, candidate moins redoutée par les financiers que Donald Trump. Même si Wall Street espère aussi une “balance of power”, en clair que les assemblées parlementaires restent dominées, elles, par les républicains.

Avec l'amoindrissement relatif du “risque Trump” pesant sur l'économie américaine, le dollar s'est repris hier et ne lâche pas ses gains aujourd'hui. Chez Aurel BGC, on parle d'un “effet Hillary” jouant en faveur du billet vert.

Autre paire de devises très suivie par les cambistes : le peso mexicain contre le dollar américain. Etant donné les déclarations très 'anti-chicanos' (alors que les hispaniques d'origine mexicaine vivent très nombreux aux Etats-Unis) de Donald Trump et ses propos durs sur les échanges commerciaux, notamment avec le Mexique, la valeur peso tend à souffrir lorsque “l'éventualité Trump” se renforce. Le 26 septembre, lorsque Trump a été nettement donné en tête, la devise mexicaine est tombée jusqu'à 19,92 pesos/dollar, son plus bas annuel, contre environ 18 pesos le 15 août.

A la faveur de la campagne et de duels télévisés plus favorables à Mme Clinton, le peso avait retrouvé fin septembre son niveau du milieu de l'été. Mais l'“e-mailgate”, qui jouait en faveur de Donald Trump, a fait rebaisser le peso jusqu'à 19,5 le 2 novembre. Avant une reprise, après la 2e annonce du FBI, à 18,6 ce jour. Bref, d'après cet indicateur financier, les chances de voir Trump ont diminué ces derniers jours, mais n'ont pas disparu pour autant.

Les cambistes de Société Générale rapportent, en guise d'apéritif, le sentiment dominant lors d'un dîner organisé hier avec des clients aux Etats-Unis : en substance, le pronostic de 86% des participants est qu'Hillary Clinton va l'emporter, mais d'une très courte tête. De ce fait, le résultat du scrutin risque d'être contesté, ce qui à court terme entraînerait une période d'incertitude.

Les résultats de “l'Election Day” devraient être connus dans la nuit en Europe.

EG

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant