Marché: les banques italiennes à un tournant.

le
0

(CercleFinance.com) - Valeurs très volatiles et au coeur des préoccupations des investisseurs italiens, les banques transalpines sont actuellement à un tournant. Explications.

Annoncée en mars dernier, la fusion entre 2 établissements illustres du pays, Banco Popolare et BPM (Banca Popolare di Milano) se précise. Les 2 groupes viennent en effet d'obtenir l'indispensable aval de la Banque centrale italienne. De son côté, la BCE n'a pas formulé de réserves particulières, rapporte Aurel BGC. Attendue de longue date, cette opération doit donner naissance à la troisième banque du pays en termes de taille d'actifs et à un groupe constitué de 2.500 agences. Dans l'immédiat, le titre Banco Popolare grimpe de 1,1% au moment où nous écrivons ces lignes, tandis que le titre BPM engrange environ 0,9%.

Par ailleurs, le Financial Times rapporte que Jean-Pierre Mustier, en poste depuis quelques semaines, envisage de loger dans un nouveau véhicule de titrisation des dizaines de milliars d'euros de créances douteuses. Il y a quelques jours, 'Il Sole 24 Ore', indiquait quant à lui que le groupe pourrait céder prochainement 20 milliards d'euros de prêts non performants avec la garantie de l'Etat italien.

L'augmentation de capital pourrait par ailleurs atteindre jusqu'à 10 milliards d'euros et serait ainsi supérieure aux 7 à 8 milliards évoqués récemment par 'Il Messagero'. Si la direction n'a pas commenté, Unicredit fera de toute évidence parler d'elle au cours des prochaines semaines.

Reste le cas Monte Paschi, la plus vieille banque du monde, dirigée depuis 4 ans par Fabrizio Viola et qui a présenté sa démission hier, 'en plein déploiement du programme validé en juillet qui prévoit la cession de plus de 9 milliards d'euros de créances douteuses et la mise en oeuvre d'une augmentation de capital de 5 milliards d'euros (dont le montant sera d'ailleurs peut-être réduit)', comme le souligne Aurel BGC. Confrontée à des défis sans précédent dans sa longue histoire, la banque toscane a pris le pari de changer de dirigeant pour les relever.

Fabrizio Viola et l'ancien président de Monte Paschi Alessandro Profumo font actuellement l'objet d'une enquête pour fraude comptable et manipulation de cours. Partant, la position du premier devenait il est vrai intenable. Celui qui lui succédera aura fort à faire...

(G.D.)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant