Marché: le statu quo de la Fed est anticipé, mais pas acquis

le
0

(CercleFinance.com) - Mardi midi sur le marché des changes, la monnaie unique européenne restait totalement neutre face au dollar (0% à 1,1176) comme au yen (+ 0,03% à 113,88), alors que les deux banques centrales concernées, la Fed et la Banque du Japon, verront se terminer demain les réunions de leurs comités de politique monétaire respectifs. D'où un attentisme manifeste, d'autant que le statu quo de la Fed n'est pas acquis.

En revanche, l'euro prend 0,45% à 0,8615 sterling et se tasse de 0,22% à 1,0931 franc suisse.

De l'avis majoritaire parmi les courtiers, la Fed ne devrait pas amender demain sa politique monétaire (les élections présidentielles se termineront outre-Atlantique début novembre), mais elle pourrait donner des indications sur la suite des opérations. Ces deux dernières semaines, le consensus s'est persuadé qu'un nouveau 'tour de vis' monétaire interviendrait probablement lors de la réunion qui se terminera le 14 décembre 2016, soit presque un an exactement après le premier événement du genre depuis mi 2006, le 16 décembre 2015.

En attendant, l'attentisme est de mise et les cambistes de Société Générale ne craignent pas d'évoquer le 'silence de mort' qui pèse sur le marché à la veille du terme du FOMC, le comité de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine.

Chez Saxo Banque, on affirme que “la Fed est condamnée à décevoir” : “l'absence de durcissement monétaire pourrait être interprétée comme le signe que l'économie américaine n'est pas en aussi bonne santé qu'on le croit. A l'inverse, une hausse des taux signifierait un coût du crédit plus élevé même si, dans les faits, les conditions resteront toujours attractives pour les investisseurs”, sanctionnent les analystes.

Saxo Banque se distingue également de l'avis de nombre de ses confrères en estimant qu'une surprise n'est pas exclue : nombre d'indicateurs conjoncturels aux Etats-Unis, dont le taux de chômage inférieur à 5%, pourraient justifier un durcissement immédiat des conditions monétaires.

Une opinion que partagent d'ailleurs SYZ Asset Management : “si les membres de la Fed ont vraiment la conviction qu'un relèvement des taux serait, tôt ou tard, justifié (ce qui reste discutable), il serait peut-être préférable qu'ils agissent maintenant, plutôt que de risquer de voir cette même fenêtre de tir se refermer derrière eux, sans avoir pris de mesures. Par conséquent, nous estimons le risque d'une hausse 'surprise' de la Fed comme significatif”, indiquent les spécialistes ce matin.

Quid de la Banque du Japon, qui mène l'une des politiques monétaires les plus expansives et dont un comité de politique monétaire se terminera demain également ? Selon SG, la vigueur du yen face au dollar 'reflète le consensus selon lequel la Banque du Japon ne peut affaiblir durablement la monnaie de l'archipel, et a maintenant épuisé ses munitions'. Pour preuve, les anticipations d'inflation reculent au Japon. Cela étant, la Banque du Japon pourrait aller encore plus loin, à en croire le consensus, par exemple en matière de taux négatifs. A suivre.

EG

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant