Marché: la déprime se confirme cet après-midi.

le
0

(CercleFinance.com) - Les indices actions européens manifestent la déprime des investisseurs, à l'image du DAX de Francfort et du FTSE de Londres (-1,2% chacun), alors que les nuages en provenance d'Asie s'accumulent à l'horizon.

L'économie chinoise continue de préoccuper les opérateurs, après une baisse de l'indice Caixin/Markit dans les services à 50,2, soit son deuxième niveau le plus bas depuis 2005.

La géopolitique aussi constitue une source d'angoisse, avec les tensions qui se prolongent entre l'Arabie Saoudite et l'Iran, ainsi que l'annonce par la Corée du Nord d'un essai réussi de bombe nucléaire à hydrogène.

'Au-delà de la fébrilité actuelle observée sur les marchés actions, l'élément à retenir concerne l'inflation en Europe et son incapacité à rebondir', pointe un gérant de Barclays Bourse, pour qui 'il est donc probable que la BCE intensifie son action dans les prochains mois'.

Le contexte lourd de menaces en Asie éclipse l'indice PMI final Markit de l'activité globale dans la zone euro qui a été révisé à 54,3 en décembre, contre une estimation flash de 54.

Chris Williamson, chief economist à Markit, prévient toutefois que 'la région ne pourra pas maintenir de fortes performances tout au long de l'année 2016 sans pouvoir s'appuyer sur un rebond de l'économie française'.

Les nombreuses données américaines de l'après-midi laissent aussi les opérateurs de marbre, y compris les 257.000 créations d'emplois privées du mois de décembre (contre 190.000 en consensus), chiffre de bon augure à deux jours du rapport du Département du Travail.

Le CAC40 parisien abandonne 1,6% : seul Orange surnage dans le vert (+1%) grâce aux espoirs d'accord avec Bouygues Telecom, tandis que Technip lâche encore 4% sur fond de déprime des cours du pétrole (à 35 dollars le baril sur le WTI).

L'indice AEX d'Amsterdam recule de 1,7%, bien que NN Group se distingue avec un gain de 2,7% après le rachat par la compagnie d'assurances de huit millions de ses propres actions - en vue d'une possible annulation - à l'occasion d'un allègement d'ING.

A Bruxelles, où le Bel20 se replie de 1,4%, Solvay chute de 4% alors que le groupe de chimie aurait demandé à Goldman Sachs de lui trouver un acheteur pour sa division polyamides, d'après Aurel BGC qui cite De Tijd.

L'indice PSI20 cède 1,3% à Lisbonne, partagé notamment entre des redressements de Banco BPI (+1,8%) et d'Impresa (+2,5%) et une rechute de Jeronimo Martins (-1,9%).

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant