Marché: la Banque mondiale assombrit ses prévisions.

le
0

(CercleFinance.com) - La Banque mondiale (BM) a abaissé de l'ordre de 10% ses prévisions de croissance du PIB mondial à 2,4% en 2015, avant 2,9% en 2016. Dans l'édition de juin dernier de sa revue 'Global Economic Prospects', l'organisation internationale tablait, après 2,8% en 2015, puis 3,2% en 2016 comme en 2017. La BM redoute également le “ralentissement désordonné d'une grande économie émergente”, sinon d'une crise financière liée à la remontée des taux d'intérêt.

Selon la BM, 'une reprise anémique dans les pays émergents va peser lourdement sur la dynamique mondiale en 2016'. L'établissement s'inquiète de la moindre réduction de la pauvreté qui s'annonce dans les 'nouvelles économies', qui concentrent plus de 40% des populations pauvres. Le président de la BM, Jim Yong Kim, invite les émergents à mettre en place des mécanismes les protégeant des bas de cycles, ainsi que des mesures de soutien aux personnes les plus vulnérables.

Globalement, la croissance du PIB des pays émergents est désormais attendue en 2016 à 4,8%, avec un ralentissement en Chine et la poursuite de la récession au Brésil et en Russie. L'Asie du Sud-Est devrait mieux s'en tirer.

Vice-président de la BM, Kaushik Basu craint les conséquences de la divergence croissante de tendance entre les émergents. 'Les risques ont augmenté, tout spécialement ceux associés à l'éventualité du ralentissement désordonné d'une grande économie émergente', déclare-t-il sans plus de précisions. On peut néanmoins penser à la Chine. Kaushik Basu estime que la combinaison des politiques budgétaire et monétaire peut permettre de réduire ce risque.

Par ricochet, le dynamisme des Etats industriels s'en trouvera affecté.

Ce n'est pas tout : 'en outre, le risque d'une crise financière est toujours d'actualité dans une nouvelle ère où le loyer de l'argent augmente', a déclaré Ayhan Kose, directeur des études économiques de la BM.

Rappelons que la Réserve fédérale américaine a, le mois dernier et pour la première fois depuis mi-2006, relevé ses taux directeurs de 0-0,25% à 0,25-0,50%.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant