Marché: l'euro tente de reprendre ses esprits face au dollar

le
0

(CercleFinance.com) - Ce midi sur le marché des changes, les opérateurs de devises continuaient de spéculer sur le “changement de régime” que l'élection de Donald Trump pourrait confirmer. Mais avec plus de mesure. Ainsi, la monnaie unique européenne tentait de reprendre ses esprits en regagnant 0,3% à 1,0735 dollar, alors qu'elle avait un temps dépassé 1,13 dollar à l'annonce des résultats de la présidentielle, la semaine passée. Puis que la barre des 1,07 dollar, soit le plus bas niveau de la parité depuis fin 2015, fut “cassé” hier comme ce matin.

Quasi neutre contre le sterling et le franc suisse, l'euro gagnait également 0,43% contre le yen, à 117,01.

Aurel BGC résume ainsi l'option prise par les marchés financiers après la victoire inattendue de Donald Trump aux élections présidentielles américaines, le 9 novembre dernier : “Trump est imprévisible, mais il concourt pour le Parti républicain. Il est businessman, donc pragmatique, dans un pays démocratique doté de forts contre-pouvoirs. Conclusion : il ne pourra pas mettre en oeuvre certaines des mesures jugées les plus extrêmes et va s'en tenir, au moins dans un premier temps, aux politiques les plus 'faciles' à faire passer au Congrès. C'est-à-dire les baisses d'impôts. Et potentiellement un plan de relance par les infrastructures”, indique une note de recherche publiée hier.

Ce qui incite les opérateurs à se montrer plus optimistes sur la croissance du PIB américain l'année prochaine et, partant, sur les profits des entreprises : autant de soutiens pour la devise des Etats-Unis.

Chez Société Générale, les cambistes se demandent néanmoins 'combien de temps l'euphorie du dollar peut durer sans connaître de correction”. “A ce stade, l'unanimité pour parier sur les baisses d'impôts et les grands travaux, et anticiper qu'ils compenseront l'impact négatif des mesures protectionnistes, est presque parfaite. De même que l'idée selon laquelle ces mesures seraient suffisantes pour relancer la croissance comme l'inflation”, constatent les spécialistes.

“Mais étant donné que nous ne savons pas grand-chose de la nouvelle administration présidentielle, des accès de nervosité et des corrections paraissent normales”, ajoute l'équipe Changes de SG.

Quid des données économiques de la matinée ? On retiendra notamment que le taux d'inflation annuel s'est établi à 0,5% dans la zone euro en octobre, soit une légère accélération par rapport aux taux de 0,4% qui avait été enregistré en septembre.

En attendant, l'après-midi s'annonce chargée en statistiques aux Etats-Unis, avec les derniers chiffres de l'inflation, de la construction résidentielle, des inscriptions aux allocations chômage et l'indice de la Fed de Philadelphie.

“Les prix énergétiques seront en hausse, mais il n'existe pas de tensions inflationnistes perceptibles au niveau des prix à la production des biens et des services”, estime Aurel BGC, qui attend une hausse de 0,3% des prix pour octobre.

EG

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant