Marché: l'euro profite de la déception de Donald Trump.

le
0

(CercleFinance.com) - La monnaie unique européenne profitait toujours ce midi de la déception relative provoquée par l'intervention de Donald Trump, qui n'a pratiquement pas évoqué son programme économique. A cette heure, après + 0,24% hier, l'euro prenait encore 0,58% à 1,0645 dollar.

Neutre contre le sterling et le franc suisse, il perd en revanche 0,42% contre le yen à 121,64.

Que retenir de la première conférence de presse que le futur président des Etats-Unis, Donald Trump, a donné hier depuis la “Trump Tower”, à New York ? Pas grand' chose qui concerne les investisseurs, si ce n'est les cambistes puisque Donald Trump a réitéré ses menaces protectionnistes à l'encontre du Mexique, et du mur qu'il entend terminer pour matérialiser la frontière entre les deux pays. Aux frais de Mexico... La devise mexicaine a en conséquence chuté jusqu'à 22 peso le dollar, nouveau plus bas historique, avant de se reprendre un peu. Sans oublier une charge contre les groupes pharmaceutiques.

Mais Donald Trump a surtout parlé... de Donald Trump et des articles de presse relatifs à ses liens avec la Russie. Rien ou presque, en revanche, sur ce qui focalise l'attention des investisseurs depuis le scrutin du 8 novembre : le programme de relance budgétaire par des baisses d'impôts massives, et les investissements dans les infrastructures.

“La conférence de presse de M. Trump, hier, est clairement décevante pour les marchés. Les premières décisions économiques sont encore très incertaines”, commente-t-on chez matin chez Aurel BGC.

“Du point de vue des marchés, ce qui se passe à Moscou reste à Moscou. (Lors de la conférence de presse), il a aussi été question du mur frontalier et de la 'taxe à la frontière', mais pratiquement pas du stimulus budgétaire”, confirment les cambistes de Société Générale.

De ce côté de l'Atlantique, on a appris que la croissance du PIB allemand avait atteint 1,9% en 2016, selon Destatis, soit davantage qu'en 2015 (+ 1,7%), en 2014 (+ 1,6%), et un niveau record en cinq ans.

De plus, la production industrielle a augmenté de 1,5% dans la zone euro entre octobre et novembre 2016, a indiqué Eurostat. Un taux nettement supérieur aux attentes moyennes du marché, qui n'étaient que de 0,5%. Selon Capital Economics, “il s'agit d'un élément de preuve supplémentaire que la croissance économique s'est reprise au 4e trimestre 2016”. “D'autres indicateurs suggèrent que la production industrielle de la zone euro va continuer de progresser fortement”.

Dans ce contexte, l'euro en profite pour se reprendre, d'autant que les taux longs américains continuent de se détendre.

Outre les interventions de différents membres de la Fed, on guettera cet après-midi aux Etats-Unis les inscriptions hebdomadaires au chômage, attendues à 255.000 par le consensus.

EG

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant