Marché: l'euro perd 12% face au dollar depuis un an.

le
0

(CercleFinance.com) - Non loin du terme d'une semaine ponctuée par la décision, historique, de la Réserve fédérale de relever ses taux directeurs pour la première fois depuis 2006, la monnaie unique européenne s'apprête à perdre 1,5% contre sa contrepartie américaine. Mais depuis la veille, ce vendredi midi, elle se montrait stable contre le dollar (- 0,09% à 1,0827) ainsi que face à la plupart de ses concurrentes, exception faite du yen (- 1,02% à 131,40).

Que se passe-t-il face au yen ? La Banque de Japon a surpris son monde en annonçant un ajustement de sa politique monétaire, en étendant la maturité des emprunts d'Etat nippons qu'elle rachète, mais pas l'enveloppe consacrée aux rachats de ce type d'actifs (80 milliards de yens). Or selon Natixis, seul un économiste interrogé sur 42 attendait une modification du programme de la Banque du Japon.

Sur la semaine, l'euro perd 1,5% contre le dollar américain mais aussi contre ceux de Hong Kong et de Singapour, ainsi que 1,2% contre le yen. Il est en revanche en hausse face au sterling (+ 0,6%). Depuis un an, la monnaie unique européenne a perdu 11,8% contre le dollar.

Du côté de l'euro/dollar, la baisse qui s'annonce sur la semaine paraît relativement logique : en relevant de 0-0,25% à 0-0,50% son principal taux directeur, la banque centrale américaine va tirer vers le haut les rendements 'de marché'. Par exemple, le rendement de l'emprunt d'Etat fédéral américain à deux ans, qui voilà deux mois était de l'ordre de 0,60%%, est grimpé tout près des 1% (0,97% ce midi). La Fed a toutefois indiqué, dans son communiqué, qu'elle entendait ensuite poursuivre “graduellement” son durcissement monétaire.

Et maintenant ? Selon Aurel BGC, 'en 2016, les débats sur le rythme de hausse des taux directeurs du Fed, qui se nourrira de différents indicateurs économiques, et l'évolution des anticipations d'inflation sur les marchés européens, devraient nourrir la volatilité de ce taux de change. En tendance, le dollar devrait continuer à s'apprécier, mais sa marche devrait être au moins aussi erratique celle suivie cette année.'

A plus court terme, en l'absence de données macro-économiques notables de part et d'autre de l'Atlantique et à l'approche de Noël, la séance promet d'être calme cet après-midi.

EG

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant