Marché: l'euro/dollar quasi stable, la livre grimpe.

le
0

(CercleFinance.com) - Mercredi midi sur le marché des changes, l'euro se tassait modestement face à sa contrepartie américaine (- 0,19% à 1,1078 dollar), au lendemain d'une réunion de la Fed sans grand surprise, ainsi que face au yen et au franc suisse. En revanche, le sterling reprenait de la hauteur (environ + 1%) après une décision de justice modérant le risque de Brexit.

Comme prévu, et alors que les Américains se rendront aux urnes mardi prochain pour élire les grands électeurs qui désigneront le futur président des Etats-Unis, la Réserve fédérale n'a rien changé à sa politique monétaire hier soir. Le communiqué publié à l'issue du FOMC (le comité de politique monétaire) comporte cependant une mention un peu plus appuyée à l'inflation.

'Les banquiers centraux américains ont décidé de laisser les taux directeurs inchangés, mais ils continuent à préparer les investisseurs à leur prochain relèvement', commentent ce matin les spécialistes d'Aurel BGC.

Même son de cloche de la part des économistes de la banque canadienne Desjardins : 'la Fed signale depuis maintenant deux réunions qu'un mouvement à la hausse (des taux courts, ndlr) est de plus en plus justifié. Puisque l'on n'attend pas de ralentissement de croissance au quatrième trimestre, elle devrait être en mesure de passer de la parole aux actes'. Soit lors du dernier FOMC de l'année, qui se terminera le 14 décembre.

Mais le mouvement le plus marquant du jour est la hausse brutale que la livre sterling s'adjuge face à la plupart de ses contreparties. Ce matin en effet, la Haute cour de justice de Londres a tranché : référendum ou pas, elle a décidé que le gouvernement de Theresa May devrait obtenir l'assentiment du parlement pour déclencher la procédure de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, soit l'activation de l'article 50 du traité de Lisbonne. Ce qui permet au sterling de gagner environ 1% face au dollar comme à l'euro, pour l'heure à 0,8930 livre l'euro.

De ce fait, l'expansion du secteur des services britannique, qui selon l'indice PMI qui est passé de 52,6 en septembre à 54,5 en octobre, passe au second plan.

Sur l'agenda statistique américain de l'après-midi, les cambistes guetteront les inscriptions aux allocations chômage, les chiffres préliminaires de la productivité, les commandes à l'industrie, ainsi que les indices PMI et ISM non manufacturiers.

EG

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant