Marché: l'euro/dollar devrait terminer la semaine stable.

le
0

(CercleFinance.com) - Vendredi midi sur le marché des changes, les mouvements de changes restaient limités face à a monnaie unique européenne. Ce qui vaut notamment pour l'euro/dollar (+ 0,02% à 1,1379) et le franc suisse. L'euro se tasse de 0,16% contre le sterling à 0,8080, quand il reprend 0,45% face au yen à 123,69.

Après les 'minutes' de la Fed, c'est-à-dire le compte-rendu du dernier comité de politique monétaire de la banque centrale américaine, les cambistes ont pris connaissance de celui de la BCE.

Les analystes de Saxo Banque en retiennent notamment que “les membres du conseil des gouverneurs soutiennent massivement le programme TLTRO à destination des banques mais il n'y a pas de consensus au sujet des modalités du QE et surtout à propos de l'impact sur le secteur bancaire, et plus largement sur l'économie, des taux négatifs. Certains membres se sont inquiétés ouvertement de l'effet des rachats d'obligations d'entreprises qui pourraient créer des distorsions de marché étant donné que ce segment est peu liquide.”

Autre élément relevé par les spécialistes : une divergence d'analyse économique. “Le vice-président de l'institution, Vitor Constancio, a souligné l'émergence d'effets de second tour. C'est un contraste notable par rapport aux propos tenus régulièrement par Mario Draghi qui souligne l'absence, pour le moment, de tels effets”, rapportent-ils.

De son côté, Saxo Banque partage l'avis de M. Constancio : “aucune statistique ne permet de confirmer que les entreprises, influencées par la chute du prix du pétrole, aient décidé de geler les salaires et les prix. Pour preuve, les revenus nets continuent à augmenter dans la zone euro, même si c'est très faiblement.' Et de juger que la principale réussite des banques centrales est d'avoir instauré des “taux bas pour tous”.

Le bilan hebdomadaire des grandes paires de devises, à la date de ce midi, met en avant la devise nippone face à laquelle l'euro a perdu 2,7% en huit jours.

“En période de hausse de l'aversion au risque, la devise nippone focalise l'attention des investisseurs”, commentent ce matin les analystes d'Aurel BGC. “D'autant que les déclarations des responsables de la Banque du Japon ne laissent pas attendre de nouvelles mesures d'assouplissement de leur politique à court terme, alors que les discours des banquiers centraux américains et européens n'ont pas eu d'impact marqué sur le marché des changes. Le dollar s'est ainsi déprécié de 10% face au yen depuis le début de l'année.”

La devise européenne reste en revanche, sur la période, quasi-neutre contre le dollar américain. Et elle prend 0,90% contre le sterling britannique, pénalisée par le risque de 'Brexit', et 1,7% contre le dollar australien.

EG

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant