Marché: hésitations des indices actions.

le
0

(CercleFinance.com) - Les indices actions européens évoluent en ordre dispersé, alors que l'hypothèse d'un tour de vis monétaire aux Etats-Unis en décembre et la saison des résultats d'entreprise continuent de préoccuper les investisseurs.

Milan et Madrid gagnent 0,4%, Amsterdam et Lisbonne 0,1%, mais Francfort cède 0,1%, Paris 0,2%, Londres perd 0,4%, Zurich et Bruxelles 0,5%. A New York mardi, le Dow Jones a abandonné 1,1% et le Nasdaq, près de 1,5%.

'Charles Evans (Fed de Chicago) laisse penser qu'il rejoindrait les partisans d'une normalisation de la politique de la Fed. Le marché est de plus en plus convaincu que la Réserve Fédérale procédera à un relèvement de ses taux fin d'année', note Barclays Bourse.

'Dans ce contexte d'argent plus cher, il ne faudrait pas que les résultats d'entreprises faiblissent trop. Les analystes financiers tablent en moyenne sur un recul de 0,7% des bénéfices du SP 500 pour le troisième trimestre', poursuit-il.

S'il reconnait que la publication d'Alcoa a déçu, Barclays Bourse préfère attendre les prochaines et tout particulièrement celles des banques (Citigroup, Wells Fargo et JP Morgan, vendredi prochain) avant d'en tirer des conclusions trop hâtives.

Aucune donnée n'est prévue cet après-midi aux Etats-Unis -les stocks de pétrole hebdomadaires ayant été reportés d'un jour en raison de 'Colombus Day' lundi- mais les 'minutes' de la dernière réunion du FOMC paraitront ce soir.

De ce côté de l'Atlantique, la production industrielle a augmenté de 1,6% dans la zone euro en août, après une contraction de -0,7% le mois précédent (chiffre révisé d'une estimation initiale qui était de -1,1%).

Sur le plan des valeurs, Ericsson plonge de 15% sur l'OMX, après que l'équipementier télécoms ait prévenu de performances de troisième trimestre 'significativement inférieures' à ses prévisions, et entraine dans son sillage son pair Nokia (-4,3% à Paris).

BASF gagne 1,4% et figure dans le haut du DAX à Francfort, grâce à la présentation préliminaire d'un profit opérationnel ajusté du chimiste en baisse bien moins forte que prévu au titre de son troisième trimestre.

PageGroup s'adjuge quant à lui 5,2% à Londres, entouré après le point d'activité trimestriel du cabinet de services de recrutement, d'où ressort un profit brut supérieur de 2% à l'estimation moyenne des analystes.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant