Marché: grevé par les financières et l'énergie.

le
0

(CercleFinance.com) - Malgré une tentative de stabilisation à Wall Street (-0,3% sur le Dow Jones, mais +0,3% sur le Nasdaq), les indices actions européens se maintiennent dans le rouge, grevés notamment par les valeurs financières et énergétiques.

'Les perspectives fondamentales et techniques de la Bourse de Paris restent baissières, en l'absence soit d'une action décisive de la BCE ou d'un accord d'offre sur le pétrole', juge ainsi Vincent Ganne, directeur de DailyFX France chez FXCM.

'L'électrochoc viendra peut-être de la Fed et de sa présidente, Janet Yellen, qui doit s'exprimer demain devant le Congrès, alors que les investisseurs sont de plus en plus persuadés que la Fed ne remontera plus les taux en 2016', estime Barclays Bourse.

'Sinon, il faudra attendre encore dix jours et le prochain G20 à Shanghai qui réunira les ministres des finances et les banquiers centraux pour peut-être voir enfin les marchés reprendre confiance', poursuit la société de gestion.

Pour le moment, le DAX de Francfort perd 0,5%, alors que les opérateurs ont pris connaissance d'une baisse de 1,2% de la production industrielle allemande au mois de décembre, ainsi que d'un tassement du déficit commercial du pays sur la même période.

Le FTSE de Londres recule aussi de 0,5%, sur fond d'un déficit commercial britannique réduit à 2,7 milliards de livres en décembre, contre quatre milliards le mois précédent. Le voyagiste TUI perd 1,9% après ses résultats de premier trimestre.

Le CAC40 dévisse de 1,5% avec un repli de 2% de son poids-lourd pharmaceutique Sanofi à la suite des résultats annuels, mais surtout des décrochages des banques BNP Paribas (-3,2%), Société Générale (-3,7%) et Crédit Agricole (-3,9%).

L'indice AEX d'Amsterdam cède 1,4%, plombé notamment par une chute de 9% d'ArcelorMittal, alors que le géant de la sidérurgie a convoqué une assemblée générale extraordinaire pour le 10 mars, sans en préciser le motif.

A Bruxelles où le Bel20 de Bruxelles perd 0,5%, Solvay (+0,8%) figure dans le haut du classement à la faveur de propos favorables de Credit Suisse, qui reprend un suivi sur le chimiste à 'surperformance'.

Le PSI de Lisbonne recule enfin de 1,6%, avec un retrait de 5% de BCP, dans un contexte particulièrement difficile pour les banques d'Europe du Sud, une région où le risque politique et financier semble revenir.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant