Marché: Fed, BoJ et BoE dominent les changes.

le
0

(CercleFinance.com) - Jeudi midi sur le marché des changes, la monnaie unique européenne reperdait l'essentiel du terrain gagné contre le dollar hier après l'annonce de la Fed, en cédant 0,41% à 1,1215 dollar. Le calme plat était de mise contre le sterling et le franc suisse mais en revanche, l'euro dévisse de presque 2% contre le yen, la Banque du Japon n'ayant finalement pas bougé. En vue dans une demi-heure : la Banque d'Angleterre.

Que penser de la réunion de la Réserve fédérale américaine (le FOMC de la Fed) qui s'est terminée hier par une conférence de presse animée par sa présidente, Janet Yellen ? Et par le statu quo anticipé sur les taux directeurs, d'autant que la perspective du référendum britannique pouvant déboucher sur le 'Brexit' n'incite guère à l'adoption de mesures nouvelles. De plus, le dernier rapport sur l'emploi américain avait déçu.

Les analystes d'Aurel BGC n'hésitent pas à parler de 'Droopy effect' : 'la présidente de la Fed a insisté sur les incertitudes économiques. Une hausse des taux directeurs est possible à chaque FOMC, mais la banque centrale ne désire s'engager ni sur un rythme ni sur un calendrier des prochains mouvements. Les banquiers centraux réagiront en fonction des prochains indicateurs', ajoutent les spécialistes.

Et les analystes d'indiquer : 'rien n'est 'écrit' car rien n'est 'certain'. Janet Yellen confirme que les membres du FOMC sont dans le brouillard (...) Un élément pas forcément très rassurant pour les investisseurs : comment prendre des risques, investir sur l'économie américaine, alors que les banquiers centraux indiquent n'avoir aucune visibilité sur la croissance économique des prochains trimestres ?'

Bref, l'issue du prochain FOMC, attendu les 26 et 27 juillet, qui sera dépourvu de conférence de presse, est toujours aussi incertain.

L'actualité des banques centrales est chargée actuellement puisque la Banque du Japon (BoJ) vient elle aussi de terminer un comité de politique monétaire sur un statu quo - alors que le marché attendait un geste, d'où l'appréciation du yen. ”La BoJ semblait optimiste quant à l'environnement domestique, mais se montre préoccupée par la conjoncture mondiale, ce qui renvoie en partie à la Chine, en partie au yen”, commentent ce matin les cambistes de Société Générale.

A guetter à 13 heures : le comité de politique monétaire de la Banque d'Angleterre (BoE), qui devrait se solder lui aussi par un statu quo.

EG

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant