Marché: en berne dans l'attente de la réunion de la BCE.

le
0

(CercleFinance.com) - Alors que la perspective d'un tour de vis monétaire ne cesse de se préciser aux Etats-Unis, les indices actions européens commencent dans une certaine morosité une semaine qui sera marquée par une réunion de la BCE jeudi.

Madrid grappille 0,1%, mais Zurich cède 0,2%, Bruxelles, Londres et Paris 0,4%, Francfort perd 0,5%, Amsterdam 0,6%, Milan 0,7% et Lisbonne 0,8%. A New York, le Dow Jones recule de 0,2% et le Nasdaq de 0,5%.

'Dans un discours préparé, Janet Yellen a signalé que la Fed va probablement relever ses taux plus tard ce mois-ci, pour refléter le renforcement du marché du travail et l'accentuation de l'inflation', rappelle Wells Fargo Advisors.

Parmi les nombreuses données attendues cette semaines, figurent notamment une nouvelle estimation de la croissance du PIB dans la zone euro au dernier trimestre 2016 et les chiffres de l'emploi américain pour le mois de février.

'Les créations d'emplois devraient être restées proches des 200.000 au mois de février', estime à ce propos Aurel BGC, rappelant que les indicateurs avancés, comme les indicateurs d'enquêtes ou les inscriptions au chômage, ne se sont pas dégradés au mois de février.

'En Europe, l'actualité de la semaine sera marquée par la réunion de politique monétaire de la BCE, suivie de la conférence de presse de Mario Draghi', ajoute le bureau d'études, précisant que ce dernier est surtout attendu sur le fameux '2%' d'inflation dans la zone euro.

Pour l'heure, on notera que les commandes à l'industrie américaine ont progressé de 1,2% au mois de janvier, contre une hausse de 1% anticipée en moyenne par les économistes et après une progression de 1,3% en décembre.

Sur le front des valeurs, Deutsche Bank chute de 7% à Francfort, après l'annonce ce dimanche d'une augmentation de capital de huit milliards d'euros, à l'occasion de la présentation très attendue des détails de son plan stratégique.

Peugeot avance de 3,4% à Paris sur le rachat auprès de General Motors d'Opel/Vauxhall et des opérations européennes de GM Financial, dans le cadre d'une transaction qui valorise ces activités respectivement à 1,3 et 0,9 milliard d'euros.

ArcelorMittal recule par contre de 2% alors que le géant de l'acier a soumis, avec Marcegaglia, une offre pour racheter le sidérurgiste italien Ilva, dont ils proposent de porter la production à 9,5 millions de tonnes de produits finis.

Nestlé grappille 0,3% à Zurich après que le géant agroalimentaire helvétique a décidé de mettre un terme à Nestea, sa coentreprise de boissons à base de thé avec Coca-Cola, à partir du 1er janvier 2018.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant