Marché: en berne au début d'une semaine chargée.

le
0

(CercleFinance.com) - Les Bourses européennes commencent dans une déprime générale une semaine qui s'annonce particulièrement riche, à la fois sur le front des publications d'entreprises et des données macroéconomiques.

'Les inquiétudes qui avaient secoué les investisseurs entre août 2015 et février 2016 n'ont pas disparu', reconnaissait un gérant de Barclays Bourse dans sa note de ce matin.

Il estimait toutefois que 'la stabilisation de l'économie chinoise, l'absence d'inversion de tendance économique aux Etats-Unis et en Europe et le rebond des matières premières constituent des facteurs de soutien'.

De nombreux poids lourds de la cote doivent publier leurs trimestriels aux Etats-Unis dans les jours qui viennent, dont Apple, Procter & Gamble, Boeing, Facebook, United Technologies et ExxonMobil.

De ce côté-ci de l'Atlantique aussi le calendrier des entreprises s'annonce chargé, avec par exemple Orange, BP, Total, Bayer, Delhaize, Barclays, Deutsche Bank et Airbus.

Cette dernière semaine du mois sera en outre marquée par nombre de données statistiques, en particulier les estimations de la croissance aux Etats-Unis et en zone euro, et par la réunion de politique monétaire de la Fed.

'Wall Street serait clairement fragilisée si la banque centrale tentait d'ancrer des anticipations d'une hausse des taux directeurs en juin prochain sur le marché des futures sur fed funds...', prévient à ce sujet Aurel BGC.

Pour l'heure, le Département du Commerce a fait état d'un recul de 1,5% des ventes de logements neufs aux Etats-Unis en mars, à 511.000, contre un consensus à 521.000.

Le DAX de Francfort chute de 1,1% alors que l'indice Ifo du climat des affaires en Allemagne se dégrade très légèrement de 106,7 en mars à 106,6, là où le consensus espérait une hausse à un peu plus de 107.

Le FTSE de Londres recule de 0,9% avec 'les valeurs minières dominant le bas de l'indice, du fait d'un certain scepticisme sur les marges de rebond des prix sous-jacent', soulignait ce matin Tony Cross, analyste de marché chez Trustnet Direct.

A Paris où le CAC40 lâche 0,7%, EDF plonge de 10% et figure en queue du SBF120, après la réunion du conseil d'administration de l'électricien vendredi soir : un plan d'action lui a été présenté face au nouveau contexte de prix de marché dégradés.

A Amsterdam, c'est Philips (-4,7%) qui essuie le plus lourd retrait de l'AEX (-1,3%), délaissé à cause de la présentation par le groupe d'électronique de bénéfices inférieurs aux attentes sur les trois premiers mois de l'année.

Le Bel20 de Bruxelles cède 1%, avec en particulier un retrait de 1,5% d'UCB après la présentation du chiffre d'affaires trimestriel du laboratoire pharmaceutique.

Le PSI de Lisbonne cède enfin 0,6%, grevé notamment par des reculs de 1,2% de la compagnie pétro-gazière Galp Energia et de 1,3% de l'opérateur télécoms Portucel.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant