Marché du PC: cinq ans de crise et un bilan toujours plus lourd

le
0
Marché du PC: cinq ans de crise et un bilan toujours plus lourd
Marché du PC: cinq ans de crise et un bilan toujours plus lourd

La crise du PC, désormais dans sa cinquième année, semble n'offrir aucun répit aux acteurs historiques de ce marché, forcés à une douloureuse adaptation.Les 12.000 suppressions d'emplois annoncés mardi par le géant américain des puces informatiques Intel en sont une nouvelle illustration.Son patron, Brian Krzanich, a justifié ces coupes, représentant 11% des effectifs mondiaux, par le besoin d'"accélérer" la transformation du groupe. "Nous évoluons pour passer d'une entreprise liée au PC à une entreprise qui fait fonctionner le cloud (les services dématérialisés en ligne NDLR) et des milliards d'objets intelligents et connectés", a-t-il affirmé.2016 s'annonce comme la cinquième année consécutive de recul des ventes mondiales de PC et l'ampleur du déclin est loin de s'atténuer.Au premier trimestre, le nombre d'ordinateurs écoulés, tous fabricants confondus, a encore plongé de 9,6%, passant sous la barre des 65 millions pour la première fois depuis 2007, évaluait la semaine dernière le cabinet de recherche Gartner.- Mutation chez Intel et Microsoft- "Les PCs ne sont plus adoptés dans les nouveaux ménages comme avant, surtout sur les marchés émergents" où "les smartphones sont la priorité", résumait Gartner. Pour Patrick Moorhead, analyste chez Moor Insights & Strategy, les restructurations d'Intel "reflètent ce qui se passe de manière générale dans le secteur technologique": après une époque dominée par le PC qui servait à accéder directement à internet, on est passé à l'utilisation d'applications mobiles sur smartphone et l'équilibre se déplace aujourd'hui vers les objets connectés et le cloud. "D'autres entreprises comme Microsoft ont évolué dans la même direction ces dernières années", rappelle l'analyste.A l'heure de gloire du PC, Intel comme Microsoft y étaient presque incontournables, le premier avec ses puces et le second avec son ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant