Marché: des pertes limitées en fin de séance.

le
0

(CercleFinance.com) - Les indices actions européens réduisent leurs pertes dans le sillage d'une réouverture dans le vert à Wall Street, alors que les inquiétudes au sujet du dossier Deutsche Bank tendent à s'atténuer.

Ainsi, Francfort ne cède plus que 0,2%, Paris perd 0,3%, Bruxelles et Amsterdam 0,4%, Londres recule de 0,6%, Milan et Lisbonne de 0,7%, Zurich lâche 0,8% et Madrid 1,2%. Par comparaison, le Dow Jones prend 0,5% à New York.

'Les inquiétudes montent sur la santé financière de la banque d'investissement allemande. Ainsi, Deutsche Bank devrait perdre de nombreux clients, qui ne souhaitent plus l'avoir comme contrepartie, par principe de précaution', rapportait ce matin Aurel BGC.

'Il convient de garder son sang-froid à propos de la déconfiture boursière de la Deutsche Bank', tempère Nicolas Chéron, stratégiste pour CMC Markets, rappellant qu'il s'agit d'une banque systémique, selon le FMI, à classer dans la catégorie des 'too big too fail'.

'Après 86% de baisse sur dix ans, et une capitalisation boursière inférieure à Twitter, le potentiel baissier de l'action Deutsche Bank est désormais restreint. En cas de force majeure, le gouvernement allemand ne pourra tout simplement pas la laisser faire faillite', poursuit-il.

Après avoir affiché un repli de près de 5% ce matin, le titre de la banque allemande ne cède plus que 0,3% cet après-midi. A son image, Société Générale et ING limitent leurs replis à -1,3% à Paris et à Amsterdam.

ABB ne cède que 0,5% à Zurich, le marché spéculant sur l'annonce d'un nouveau programme de rachat d'actions la semaine prochaine, après que l'équipementier industriel ait terminé celui de 3,5 milliards de dollars annoncé en septembre 2014.

Sur l'OMX, H&M cède 2,9% dans le sillage d'un bénéfice net en recul pour la chaine de prêt-à-porter, tandis qu'Ericsson affiche un gain de 1,6% alors que l'équipementier télécoms a annoncé son intention de rapatrier à Stockholm son poste de DRH.

Au chapitre des statistiques, le PIB du Royaume Uni a augmenté de 0,7% en volume au deuxième trimestre 2016 par rapport au trimestre précédent, d'après l'ONS qui révise ainsi en hausse de 0,1 point son estimation précédente.

Aux Etats-Unis, les revenus des ménages ont augmenté de 0,2% le mois dernier, conformément à la prévision moyenne des économistes, tandis que leurs dépenses sont restées inchangées, là où le consensus tablait sur une hausse de 0,2%.

Par ailleurs, l'indice PMI de Chicago a augmenté davantage que prévu à 54,2 en septembre, et l'indice de confiance du consommateur du Michigan a atteint 91,2 en seconde estimation ce mois-ci, après 89,8 en août.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant