Marché: Candriam ne croit pas à une récession aux USA.

le
0

(CercleFinance.com) - En dépit des mauvais chiffres de l'emploi américain au titre du mois écoulé (seulement 38.000 postes créés, soit 4 fois moins qu'attendu par les économistes) et d'une croissance assez faible au premier trimestre (+0,8%), Candriam ne croit pas à une récession aux Etats-Unis à court et moyen terme.

Le gérant, qui présentait tout à l'heure ses perspectives économiques et financières, attribue l'essentiel de la faible croissance enregistrée en début d'année à la baisse de la dépense des entreprises, tandis que le recul des prix du pétrole a pesé sur l'investissement en structures. Pour autant, et même s'il n'anticipe pas un rebond marqué de l'investissement productif, l'investissement résidentiel reste, lui, dynamique et a vocation à continuer de soutenir la croissance.

Les bons chiffres du logement sont de nature rassurantes, alors même que les conditions de crédit son toujours relativement restrictives, décrypte Candriam, qui souligne par ailleurs que le ralentissement de la consommation, certes bien réel et potentiellement inquiétant étant donné la contribution cruciale de celle-ci au PIB américain, 'ne concerne qu'un petit nombre de postes'.

Il n'en demeure pas moins que la première économie mondiale est actuellement à un tournant selon elle et que le ralentissement attendu des créations d'emplois combiné à la hausse de l'inflation 'font reposer la poursuite de la croissance sur une progression plus rapide des salaires'. Actuellement, ceux-ci augmentent dans la plupart des secteurs, mais modérément, rappelle le gestionnaire d'actifs, qui vise 1,8% de croissance cette année et 2,4%, soit le même niveau qu'à fin 2014 et fin 2015, en 2017.

De son côté, la Fed semble vouloir temporiser concernant une nouvelle remontée de ses taux directeurs. Tant que la croissance des salaires n'est pas confirmée, elle a d'après Candriam 'toutes les raisons de rester extrêmement prudente dans la normalisation de sa politique monétaire'. Celle-ci est inéluctable à terme, mais les conditions ne sont pas forcément réunies aujourd'hui et les investisseurs attendent de l'institution un message dovish au regard des incertitudes quant à la croissance mondiale.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant