Marché: anxiété de rigueur en Europe avant l'emploi US.

le
0

(CercleFinance.com) - Les investisseurs européens demeurent anxieux à l'approche des chiffres mensuels de l'emploi aux Etats-Unis.

Peu avant 11h20, les principaux indices européens évoluent en effet en net retrait, à l'image du Dax (-1,4%), du CAC 40 (-1,5%) et du SMI (Zürich) (-1,7%), plombé par la débâcle de Zürich Insurance (-8,6%). Le Footsie MIB (Milan) (-0,3%), l'Ibex 35 (Madrid) (-0,6%) et le Footsie 100 (-0,9%) limitent davantage les dégâts.

A Amsterdam, l'AEX lâche quant à lui un peu moins de 1,5%, avec Heineken (-2,2%), Unibail-Rodamco (-2,2%) et Unilever (-2,5%) en queue de peloton, tandis qu'à Bruxelles le BEL 20 se replie de 1,1%. AB Inbev (-1,9%), Umicore (-2%) et Colruyt (-2,3%) accusent les 3 plus fortes baisses de l'indice.

Enfin, à Lisbonne, le PSI 20 cède 0,3%.

Le moral des investisseur pâtit notamment de certaines données en provenance d'Asie, comme l'indice Tankan de confiance dans l'industrie japonaise qui a chuté de six points à +6 en mars, alors que le consensus tablait sur +8.

Les regards vont maintenant se braquer vers le rapport sur l'emploi américain, attendu en début d'après-midi : les économistes attendent en moyenne un peu plus de 200.000 créations de postes non agricoles, avec le maintien du taux de chômage à 4,9% en mars.

'L'élément-clé de cette publication devrait résider dans le salaire horaire', anticipe Angus Nicholson, analyste de marché chez IG, selon lequel une baisse en rythme mensuel laisserait entrevoir une récession aux Etats-Unis.

Toujours aux Etats-Unis, le marché prendra encore connaissance tout à l'heure des indices PMI et ISM manufacturiers, ainsi que de l'indice de confiance des consommateurs 'UMich' et des dépenses de construction pour le mois de février.

Sur le front des valeurs, Areva est désormais stable après avoir annoncé la création, avec EDF (-0,4%) et le CEA, d'une instance tripartite baptisée Plateforme France Nucléaire (PFN) pour faciliter la concertation entre les acteurs de la filière nucléaire française.

A Zürich, le titre Novartis (-2,9% à 67,7 francs suisses) recule quant à lui de alors qu'UBS a abaissé sa recommandation d''achat' à 'neutre', avec un objectif de cours ramené de 100 à 72 francs suisses.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant