Marche à Moscou pour l'ex-président ukrainien et les rebelles

le
0

MOSCOU, 21 février (Reuters) - Environ 20.000 personnes ont manifesté samedi à Moscou pour condamner le renversement de Viktor Ianoukovitch de la présidence ukrainienne, il y a tout juste un an dans le cadre des grandes manifestations de Kiev. Par cette marche "anti-Maidan", du nom de la place de l'Indépendance à Kiev, qui fut le centre de la révolte de l'hiver 2014 dans la capitale ukrainienne, les manifestants entendaient aussi montrer leur soutien aux rebelles séparatistes prorusses de l'est de l'Ukraine. Des manifestations de moindre envergure ont également été organisées dans d'autres villes russes et en Crimée, la péninsule ukrainienne annexée en mars dernier par la Russie, juste avant le début du conflit séparatiste dans l'Est ukrainien. Quant à Viktor Ianoukovitch, qui se trouve en Russie depuis sa fuite de Kiev, il se dit prêt rentrer dans son pays. "Dieu m'a accordé la vie sauve, on dirait donc qu'on a besoin de moi pour quelque chose (...). Dès qu'il y aura une possibilité pour que je revienne, je reviendrai et ferai tout ce que je peux pour rendre la vie meilleure en Ukraine. Et aujourd'hui, la tâche principale est d'arrêter la guerre", a-t-il dit dans un entretien à la première chaîne russe diffusé samedi. Viktor Ianoukovitch s'était enfui de Kiev par hélicoptère après trois jours d'affrontements armés lors desquels plus de 100 personnes ont été tuées. L'ancien président, qui est recherché par Interpol à la demande des autorités de Kiev pour malversations financières, nie les faits qui lui sont reprochés. Il a dit qu'il avait fui l'Ukraine parce qu'il craignait pour sa vie. Le président ukrainien Petro Porochenko a fait état vendredi de preuves de conversations régulières entre Viktor Ianoukovitch et les services de sécurité russes qui révélaient "un lien russe évident" avec les trois jours d'affrontements de février 2014. "Ils ont préparé les tirs ensemble à l'avance", a déclaré Petro Porochenko cité par l'agence de presse Interfax. Il a ajouté que "des groupes de snipers étrangers" avaient été dirigés par un conseiller de haut rang du président russe Vladimir Poutine. (Vladimir Soldatkine; Avec Richard Balmforth à Kiev; Danielle Rouquié pour le service français, édité par Marc Angrand)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant