Marcel Hirscher a vécu une saison angoissante

le
0

Vainqueur du classement général de la Coupe du monde, l'Autrichien Marcel Hirscher s'est longuement confié à CNN après les finales de Saint-Moritz. Il tire le bilan d'une saison longue et compliquée, marquée par l'accident de drone dont il a failli être victime.

Pour la cinquième fois de suite, Marcel Hirscher a été sacré meilleur skieur de la Coupe du monde avec le gros Globe de Cristal, symbole de sa victoire au classement général. Mais si le résultat, qui s’accompagne d’un petit Globe de Cristal en slalom géant, est exceptionnel, il arrive au terme d’une saison que l’Autrichien qualifie d’inhabituelle. « L’ensemble de la saison n’a parfois pas été de tout repos. C’était plutôt angoissant : des skis volés, des drones qui tombent du ciel, des verres non adaptés sur mes lunettes… Presque aucune course ne s’est déroulée comme prévu ou normalement, a résumé l’Autrichien au micro de CNN pour l’émission Alpine Edge. C’était bizarre. Tellement de choses se sont passées. C’était une saison inhabituelle, mais j’ai donné tout ce que j’avais. Le combat a été difficile. Je n’ai pas l’habitude de remporter cinq titres à la suite. C’était vraiment une saison hors du commun. »

La chute du drone, image forte de la saison

Mais plus que ses performances, ce qui marquera la saison 2015-2016 de Marcel Hirscher, c’est l’accident de drone auquel il a échappé à Madonna di Campiglio fin décembre. L’appareil utilisé pour filmer la course est tombé violemment au sol alors que l’Autrichien venait tout juste de passer à cet endroit. Lui qui ne croyait pas à l'accident a dû voir les images pour y croire. « Je les ai regardées des milliers de fois. J’avais besoin de les revoir pour réaliser ce qu’il s’était passé, assure l’Autrichien. Il s’en est vraiment fallu de peu, j’ai été extrêmement chanceux ». Il s’est même dit « soulagé » quand la Fédération Internationale de ski a décidé d’interdire l’utilisation de drone pour filmer les épreuves de Coupe du monde.

PyeongChang, prochain objectif majeur

S’il assure prendre les saisons une par une sans se fixer de prochaine échéance, Marcel Hirscher ne peut pas nier que les Jeux Olympiques d’hiver de PyeongChang, dont la Coupe du monde a emprunté les pistes cet hiver, sont dans un coin de sa tête. « J’ai grandi dans une famille sans histoire et je n’aurais jamais pu imaginer participer à la Coupe du Monde de ski alpin, ou devenir skieur professionnel. Pour moi au début, c’était déjà un grand succès de pouvoir faire partie de l’équipe de ski régionale. Ensuite, quand j’ai atteint cet objectif je m’en suis fixé de nouveaux. L’étape suivante était de faire partie des juniors, et celle d’après de participer à la Coupe d’Europe. Je raisonne étape par étape, je ne me précipite pas, résume l’Autrichien. Evidemment, les Jeux Olympiques seront un énorme objectif dans deux ans. Si je pouvais gagner, ce serait un énorme succès pour moi. Mais si je ne gagne pas, je pense que ma carrière aura déjà été très belle. Je veux skier aussi vite que possible aux Jeux Olympiques, mais la pression de remporter la médaille d’or ne va pas rendre les choses faciles. »

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant