Marc Zerbib : "François Hollande est un patient charmant"

le
0
François Hollande, en février 2011.
François Hollande, en février 2011.

Lorsqu'il s'agit de leur état de santé, les présidents ne font pas toujours dans la transparence. La maladie du sang à laquelle a succombé Georges Pompidou au cours de son mandat ou le cancer de la prostate dont souffrait François Mitterrand ont longtemps été cachés aux Français. François Hollande a fait de même en cachant son opération à la prostate, en février 2011, quelques jours seulement avant de déclarer sa candidature à la primaire socialiste. Pour le Point.fr, son chirurgien Marc Zerbib revient sur les conditions de son hospitalisation.

Vous avez opéré François Hollande d'une hypertrophie de la prostate. En quoi consiste l'intervention ? La prostate est une glande située sous la vessie qui permet de sécréter un liquide qui va se mêler aux spermatozoïdes pour féconder l'ovule. L'hypertrophie, qui touche près de 30 % des hommes de plus de 50 ans, produit une gêne et l'intervention permet au patient de dormir convenablement. C'est une opération fréquente qui n'est pas grave. Près de 60 000 hommes se font opérer chaque année pour ça. C'est une pathologie bénigne qui n'est pas évolutive. François Hollande est resté moins d'une semaine à l'hôpital. François Hollande est-il un patient normal ?

Il a été hospitalisé en son propre nom. Il n'y a rien eu de secret, même s'il n'a pas fait de publicité particulière. Il avait un emploi du temps chargé. Il était très actif et les visites ont été...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant