Marat Safin : "Ma femme s'appelle Dinara"

le
0
Marat Safin : "Ma femme s'appelle Dinara"
Marat Safin : "Ma femme s'appelle Dinara"

Aujourd'hui, l'ancien numéro 1 mondial de tennis est un ami de Vladimir Poutine et mène une confortable vie de député. Mais loin de Moscou et des dorures du Kremlin, un de ses homonymes continue de mouiller le maillot, sur les terrains de football de troisième division russe. Entretien avec un homme dont la ressemblance avec Safin le tennisman s'arrête au nom.

Tout le monde connaît Marat Safin le tennisman. Présentez-nous Marat Safin le footballeur. Je suis footballeur professionnel depuis sept ans. Avant ça, je jouais aussi au hockey sur glace. Je viens de Oulianovsk, sur la Volga, entre Kazan et Samara. J'ai grandi et fait mes études là-bas, à l'Institut des sports. C'était mon club jusqu'à cette saison, et maintenant, j'ai été transféré à Izhevsk.
La question que l'on se pose tous : avez-vous un lien de parenté avec Marat Safin ? Non ! Nous ne sommes même pas de la même région, lui vient de Moscou.
C'est amusant de voir deux sportifs porter le même nom. Mais est-ce que c'est un nom très courant en Russie ou bien est-ce réellement un hasard incroyable ? Il y en a certainement d'autres, et puis Marat est un prénom plutôt courant. C'est un prénom musulman, d'origine arabe. Certains pensent que ça vient du Marat de la Révolution française, qui a été un symbole en Russie, mais non.
Marat Safin était réputé pour être un tennisman sanguin. Et vous, quel type de joueur êtes-vous ? Je suis plutôt calme ! Bon, je prends quelques cartons de temps en temps, ça peut arriver, mais pas beaucoup. Pour les cartons rouges, disons un tous les trois ans.
Et avez-vous une sœur qui fait du sport vous aussi ? Non, je n'ai même pas de sœur. Mais ma femme s'appelle Dinara ! Je n'ai pas fait exprès, et on a même un fils. En ce moment, on attend notre deuxième enfant.
Maintenant qu'il est retraité, Safin est député. La politique, une idée de reconversion pour vous ? Non, je n'y pense pas. Ou alors peut-être au niveau régional, chez moi.
Et au moment où il était au sommet de sa carrière, vous étiez fan de lui, ou vous étiez plutôt Davydenko ? Non, j'étais fan de Safin ! Il était très charismatique, et il faisait passer énormément d'émotions. Peut-être trop, et ça l'a sans doute desservi. Mais je l'adorais.
Et le fait de vous appeler comme lui, qu'est-ce que ça impliquait ? À sa grande époque, j'avais entre 20 et 25…







Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant