Maradona : 55 piges en 55 punchlines

le
0
Maradona : 55 piges en 55 punchlines
Maradona : 55 piges en 55 punchlines

En 55 ans, Diego Maradona a beaucoup parlé. Il a aussi souvent pris la parole. Pour dire des conneries. Mais aussi pour faire pleurer, rire, voire les deux à la fois. Florilège des 55 "Maradonades", les meilleures saillies du trash-talker argentin.

Pelé


  • "Pelé s'est dépucelé avec un garçon. Oui, oui, avec un garçon."
    Après des critiques d'O Rei sur la sélection argentine, en 1997.

  • "Pelé est un esclave. Il a vendu son cœur à la FIFA. Et quand la FIFA n'a plus eu besoin de lui, il est venu gratter l'amitié des joueurs. Tous les noirs finissent par déteindre un peu "
    Toujours en 1997.

  • "J'aurais pu être moins bon que Pelé."
    Interview à la RAI, en 1997.

    Fast life


  • "J'ai vécu 40 ans, mais c'est comme si j'en avais vécu 70."
    Le jour de ses 40 ans.

  • "Si j'avais voulu baiser, je serais allé en Jamaïque ou à Ibiza, pas à Cuba."
    En réponse à ceux qui l'accusaient de ne pas suivre correctement sa cure de désintoxication à Cuba, en 2000.

  • "Je ne sais pas ce que je vais faire dans 15 minutes, alors comment voulez-vous que je sache ce que je vais faire demain ?"
    En 2004, au jour le jour.


    La FIFA


  • "Blatter m'aime comme un fils Comme un fils de pute."
    Philosophe, en 1998.

  • "Havelange vend des balles à l'un, et des fusils à l'autre."
    En 1998, bien avant Lord of war.

  • "Havelange à joué au waterpolo, ça ne lui donne aucune légitimité pour parler de football."
    En 1998, avec un certain désamour du bonnet de bain.

  • "Les dirigeants de la FIFA sont des vieux messieurs cramponnés à leurs fauteuils. Ils n'aiment ni le football ni les joueurs. Tout ce qui les intéresse, c'est l'argent."
    En 2013, pour un football propre, à la Gazzetta dello sport.

    [A…































  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant