Manuels scolaires : réécriture de SMS et extraits de « Harry Potter » chez Nathan

le , mis à jour à 07:29
0
Manuels scolaires : réécriture de SMS et extraits de « Harry Potter » chez Nathan
Manuels scolaires : réécriture de SMS et extraits de « Harry Potter » chez Nathan

« CC C MWA ! Sa va dps samedi ? G 1 truc a te dir jcroi kon devré fer 1 brek... bz » Ce message en pur langage SMS, reproduit dans un exercice du nouveau manuel de français de 4e de Nathan, a fait bondir des parents d'élèves et intellectuels inquiets d'une supposée dégradation du niveau dans les nouveaux programmes des collégiens.

Chez Nathan, qui a accepté d'ouvrir en grand, pour le « Parisien » - « Aujourd'hui en France », les portes de ses locaux, on assume : la modernité doit avoir droit au chapitre dans les livres scolaires, d'après l'éditeur. « C'est important de donner aux élèves des exemples concrets, proches de leur vie, et cela n'empêche pas d'étudier en même temps des classiques de la littérature, explique Delphine Dourlet, directrice du secondaire chez Nathan. La réécriture fait partie des exercices du brevet : on l'a proposé dans nos manuels avec cet exemple de SMS, mais aussi avec des textes de Raymond Queneau... »

 

Des millions ont été investis, un flop serait un choc

Autour de son bureau du Sud parisien, avec vue imprenable sur le stade Charléty, toute une équipe d'auteurs, d'illustrateurs, graphistes et autres techniciens est engagée depuis novembre dans une véritable course contre la montre. En moins d'un an, il a fallu imaginer, créer et maintenant fabriquer une vingtaine de manuels différents pour les collégiens. C'est en ce moment la dernière ligne droite : environ 700 000 spécimens ont été envoyés gratuitement aux enseignants pour qu'ils choisissent en équipe, avant les grandes vacances, les ouvrages de référence de leurs élèves pour la rentrée. Ils seront imprimés en juillet, en fonction des commandes. L'enjeu est énorme : des millions ont été investis, et un flop serait un choc. « Après le stress de la production, on est dans le stress du résultat », commente Delphine Dourlet.

Partout où porte le regard, des étagères débordent de manuels, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant