Manuel Valls veut «en finir avec la gauche passéiste»

le
4
Manuel Valls veut «en finir avec la gauche passéiste»
Manuel Valls veut «en finir avec la gauche passéiste»

Manuel Valls appelle à «en finir avec la gauche passéiste», jugeant que ceux qui l'accusent de trahir la gauche sont «dépassés», dans des extraits d'un entretien à «L'Obs» publiés mercredi.

Le Premier ministre répond aussi directement, dans cet entretien, à l'appel de Martine Aubry à «réorienter» la politique du gouvernement, qui consisterait, selon lui, à revenir «en arrière». «Il faut en finir avec la gauche passéiste, celle qui s'attache à un passé révolu et nostalgique, hantée par le surmoi marxiste et par le souvenir des Trente Glorieuses. La seule question qui vaille, c'est comment orienter la modernité pour accélérer l'émancipation des individus», déclare le chef du gouvernement.

Une vision «pragmatique, réformiste et républicaine»

«Parce que l'idéologie a conduit à des désastres», le chef du gouvernement défend une gauche «pragmatique, réformiste et républicaine», mais «qui garde un idéal : l'émancipation de chacun». Le Premier ministre va plus loin en proposant «une maison commue» pour «toutes les forces progressistes». 

Quand on lui fait remarquer qu'il n'utilise pas le qualificatif «socialiste» pour définir cette gauche, Manuel Valls insiste : «Je le répète : pragmatique, réformiste et républicaine». «Pourquoi pas» un changement de nom du Parti socialiste, ose-t-il même dans cet entretien. Une idée qui n'est pas neuve chez lui. En 2007 et 2011, il l'avait déjà évoquée, s'attirant les foudres du Parti. 

Cambadélis préfère conserver le «beau nom» du PS

Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du Parti socialiste, a affirmé mercredi qu'il préférait que l'on garde le «beau nom» du parti. «Si je suis favorable à changer la carte d'identité du Parti socialiste, je ne suis pas favorable au changement de nationalité. Je reste sur la position de François Mitterrand. Socialiste est un beau nom qui a fait ses preuves, autant le garder», a estimé ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • knbskin le mercredi 22 oct 2014 à 17:01

    Seul un redoutable p0urri comme Mitterrand pouvait faire fonctionner ensemble ce pandémonium qu'est "la gauche" ... Encore était-il incapable d'avancer, définissant lui-même son pouvoir comme un "pouvoir de nuisance" ... Mais au moins, même mourant, il faisait illusion. Pépère n'y arrive plus depuis longtemps. Il est très loin du talent de son maître. :(

  • frk987 le mercredi 22 oct 2014 à 16:47

    la gauche passéiste est un simple pléonasme...soit il supprime la gauche, mais il ne peut pas dissocier la gauche de son idéologie d'avant 1914.

  • M7097610 le mercredi 22 oct 2014 à 16:15

    gauche de politiciens professionnels ? Q'il donne alors l'exemple en démissionnant ...

  • M8252219 le mercredi 22 oct 2014 à 15:39

    Paroles inhabituelles dans la bouche d'un socialiste.Serait ce ? la fin des éléphants et des dinosaures. Mais il faudrait arrêter le tango deux pas en avant et trois en arrière. s'attaquer aux réformes structurelles.Réduction du nombre des élus,Limitation de leurs revenus, la même chose pour la haute fonction publique,réduire le nombre et les avantages des fonctionnaires à vie,supprimer les statuts spéciaux.Actuellement ce sont des emplâtres sur jambe de bois alors qu'il faut de la chirurgie.