Manuel Valls veut agir vite contre l'"antisémite" Dieudonné

le
6
MANUEL VALLS VEUT AGIR VITE CONTRE DIEUDONNÉ
MANUEL VALLS VEUT AGIR VITE CONTRE DIEUDONNÉ

PARIS (Reuters) - Les préfets seront chargés d'apprécier si chaque spectacle en France de l'humoriste Dieudonné, qualifié de "raciste et antisémite" par le ministre de l'Intérieur, peut être interdit, avant une mesure générale qui peut prendre du temps.

Manuel Valls, qui a annoncé vendredi étudier les possibilités juridiques pour faire taire Dieudonné M'Bala M'Bala en raison de "risques de troubles à l'ordre public", estime dans une interview au Parisien de samedi qu'il faut agir vite.

"Les événements de ces derniers jours montrent qu'un seuil a été franchi et que le risque existe", déclare-t-il. "Je vais donc adresser une instruction au préfets. A l'occasion de chaque spectacle, ils devront apprécier si le risque de trouble est caractérisé et justifie d'interdire la représentation."

Le ministre de l'Intérieur explique qu'arriver à l'interdiction, une initiative saluée par les institutions juives et antiracistes de France, "peut prendre du temps".

"Mais nous ferons tout pour y arriver, car il faut en finir avec l'impunité et la complaisance auxquelles Dieudonné a eu droit", explique-t-il dans les colonnes du quotidien.

La ville de Marseille a déjà annoncé vendredi qu'elle allait demander au préfet des Bouches-du-Rhône l'interdiction du spectacle prévu le 2 février prochain.

Les autorités préfectorales de Paris devront quant à elles se pencher sur les spectacles que l'humoriste donne presque chaque soir dans son théâtre parisien de la Main d'Or.

Le vice-président du Front national, Florian Philippot, a apporté son soutien implicite à Dieudonné en qualifiant de "dérive" la limitation de la liberté d'expression.

LA LIMITE A ÉTÉ FRANCHIE, DIT VALLS

Pour Manuel Valls, si la liberté d'expression est "sacrée", "le racisme et l'antisémitisme sont des délits" et il faut selon lui "casser cette mécanique de la haine".

Une "nouvelle limite, extrêmement grave, a été franchie" en décembre lorsque Dieudonné s'en est pris à des journalistes juifs, a-t-il souligné dans Le Parisien.

Il fait notamment référence à un reportage filmé en caméra cachée dans le théâtre de Dieudonné et diffusé mi-décembre sur France 2, où l'on voit l'humoriste prendre pour cible le présentateur de France Inter, Patrick Cohen.

"Moi, tu vois, quand je l'entends parler, Patrick Cohen, je me dis, tu vois, les chambres à gaz? dommage", a-t-il dit.

Me Sanjay Mirabeau, avocat de l'humoriste, a déclaré ne pas voir ce qui dans les spectacles de son client pourrait "prêter à une interdiction en raison d'un trouble à l'ordre public".

"Pour nous, il n'y a aucune voie juridique qui permette à un ministre de l'Intérieur, à un homme seul, d'interdire à un humoriste de se mettre en scène et de faire des spectacles", a-t-il dit vendredi sur i>TELE.

Dieudonné est également à l'origine de la "quenelle", un geste qui se propage de manière virale, notamment sur internet.

Pour les associations juives, ce bras tendu vers le bas, la main de l'autre bras étant portée à l'épaule, n'est rien d'autre qu'un salut nazi déguisé, ce que Dieudonné conteste.

LA QUENELLE D'ANELKA

Manuel Valls a estimé qu'il n'y avait "aucun doute" sur le caractère antisémite de ce geste depuis que l'essayiste d'extrême droite Alain Soral, un soutien de Dieudonné, l'a exécuté devant le mémorial de la Shoah à Berlin.

Le footballeur français Nicolas Anelka a donné samedi une dimension internationale à la "quenelle" en l'effectuant après avoir marqué pour son club anglais de West Bromwich Albion.

"Le geste d'Anelka est une provocation choquante, écoeurante. Pas de place pour antisémitisme et incitation à la haine sur terrain de foot", a écrit la ministre des Sports Valérie Fourneyron sur son compte Twitter.

Le trouble à l'ordre public invoqué est étayé par des incidents récents qui ont vu des militants juifs s'en prendre à un jeune homme qui effectuait une "quenelle".

Les longues "causeries" de l'humoriste diffusées sur internet sont vues par plus de deux millions de personnes et rassemblent un public hétéroclite, essentiellement des jeunes opposés au "système" mais aussi un public d'extrême droite.

Une de ses chansons, "shoananas", est également perçue par la communauté juive comme une provocation antisémite.

Dieudonné, condamné à sept reprises déjà pour incitation à la haine raciale, a plusieurs fois invité sur la scène de ses spectacles le militant négationniste français Robert Faurisson, condamné pour contestation de crime contre l'humanité.

Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • janaliz le samedi 28 déc 2013 à 20:59

    Je me marre ...!!! On est en train de découvrir qui sont les vrais racistes..... Si certains avaient des doutes... Certains voulaient culpabiliser tout ce qui ne ressemblait pas à la pensée réglementaire sos..... Et maintenant c'est AU SECOURS !!!!

  • s.mario3 le samedi 28 déc 2013 à 20:38

    Valls façon pompier pyromane ; il appelle implicitement au désordre public pour justifier l'interdiction de spectacles qui jusqu'ici n'ont pas entraîné le moindre incident. Si incidents il y a les gens sauront qui est le véritable responsable.

  • LeRaleur le samedi 28 déc 2013 à 14:56

    Valls sera bientôt staliniste. En France il y a, en principe, la liberté d'expression. Si cette liberté va trop loin, il y a les tribunaux.

  • raich2 le samedi 28 déc 2013 à 14:17

    @imozen. Entre un état démocratique et un imbécile notoire, Valls a bien fait son choix. Cela dit interdire les représentations ne serait judicieux. Quant à la naturalisation de M. Valls en 1982, elle a été obtenu selon les règles et usages de la république et ceux qui la conteste, feraient de demander d'être libérer de leur allégence de la nationalité française et choisir un autre pays, où ils pourront mieux porter ces critiques absurdes.

  • imozen le samedi 28 déc 2013 à 12:28

    Valls est un défenseur "éternel" d'Israél, c'est lui qui l'a affirmé à radio J. A être aussi virulent contre Dieudonné, il le montre bien. Il convient de lui rappeler qu'il est français (depuis 1982) et qu'il est ministre de la France et non d'un pays tiers : chez nous, on aime rire, de tout, pas seulement des arabes et des noirs.

  • M8869453 le samedi 28 déc 2013 à 12:11

    Tout cela ne fait que renforcer sa légitimité