Manuel Valls : «Une minorité de forces radicales profitent de la situation»

le
2
Manuel Valls : «Une minorité de forces radicales profitent de la situation»
Manuel Valls : «Une minorité de forces radicales profitent de la situation»

Au lendemain des violences antisémites de Sarcelles, le Premier ministre justifie l'interdiction de certaines manifestations et estime que ces dérives sont alimentées par des groupes extrémistes.

Les événements de Sarcelles ne montrent-ils pas que l'interdiction des manifestations a échoué ?

MANUEL VALLS. Non au contraire, ils justifient l'interdiction. Et je trouve que l'on marche sur la tête ! C'est la violence, avec des slogans, des actes dont le caractère antisémite ne fait aucun doute, qui a justifié l'interdiction. Ce n'est pas l'interdiction qui a provoqué la violence. Le ministre de l'Intérieur a donc eu raison. Dans notre pays, la liberté de manifester est un droit fondamental, mais le droit de manifester, ce n'est à aucun moment le droit de casser ou d'attiser la haine.

Les manifestations propalestiniennes prévues demain et samedi à Paris seront-elles autorisées ?

Encore une fois, n'inversons pas les choses ! Le débat doit d'abord porter sur la gravité des faits que nous avons encore constatés dimanche à Sarcelles. La question de l'interdiction est secondaire et procède du cas par cas. Pour mercredi, la préfecture, après un examen précis, a estimé que la manifestation pouvait se tenir. Le parcours a été discuté et des gages de sécurité ont été donnés par les organisateurs de cette manifestation, plus responsables cette fois-ci. La responsabilité de chacun, c'est de porter un message d'apaisement. L'ordre public ce n'est pas une opinion, ni un pronostic, c'est une responsabilité. Et le gouvernement assume ses responsabilités. De ce point de vue, je suis indigné par la critique systématique du travail des policiers avant même de condamner les comportements violents.

Vous pensez à la mise en cause du préfet de police de Paris, Bernard Boucault ?

Oui, la préfecture, en lien avec le ministère de l'Intérieur, a pris les décisions qui s'imposaient. Si nous n'avions pas pris ces mesures, les conséquences ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le mardi 22 juil 2014 à 10:13

    Merci M4958114 d'avoir repris mon post bien sûr censuré, la Stasi veille, 24/24 365/365, si les socialopes bossaient autant pour des choses sérieuses on deviendrait un pays crédible !!!!

  • M4958114 le mardi 22 juil 2014 à 09:59

    il y a une minorité devenue illégitime qui gouverne le pays et profite de la situation.!!!!!!!!!!!!!!!!!!