Manuel Valls se sent conforté après la polémique sur les Roms

le
1
LE CAMP VALLS S'ESTIME CONFORTÉ APRÈS LA POLÉMIQUE SUR LES ROMS
LE CAMP VALLS S'ESTIME CONFORTÉ APRÈS LA POLÉMIQUE SUR LES ROMS

par Elizabeth Pineau

PARIS (Reuters) - Le camp de Manuel Valls se sent conforté après la vive querelle entre le ministre de l'Intérieur et l'écologiste Cécile Duflot sur les Roms, qui a obligé François Hollande à taper plusieurs fois du poing sur la table pour rétablir l'ordre.

La sévère mise au point du président de la République, pour la deuxième semaine consécutive, mercredi en conseil des ministres, semble avoir mis fin, au moins provisoirement, au désordre gouvernemental dont l'équipe de Jean-Marc Ayrault s'est fait une spécialité.

Manuel Valls a assisté jeudi, au Conseil constitutionnel, au discours de François Hollande en forme d'éloge de la Ve République, née il y a 55 ans.

Il s'est retrouvé vendredi matin à l'Ecole militaire aux côtés de la ministre de la Justice, Christiane Taubira, avec laquelle il s'était accroché à propos de la réforme pénale, pour écouter un discours du Premier ministre sur la sécurité.

"Ça a été dur, les mots échangés étaient violents", soulignait-on dans son entourage à propos de la controverse avec la ministre du Logement, pour qui Manuel Valls a attenté au pacte républicain en affirmant que seule une minorité de "Roms" voulait s'intégrer en France.

En dix jours de polémique, Manuel Valls n'a jamais été désavoué par le président de la République, qui prône à l'égard des "Roms" une politique mêlant "fermeté" et "humanité".

"Le ministre l'Intérieur a le soutien du Premier ministre et du président de la République", assure son entourage, qui met aussi en avant des enquêtes d'opinion très bonnes pour lui.

Selon un sondage CSA pour BFM TV, 65% des personnes interrogées ont déclaré se sentir plus proche du ministre de l'Intérieur que de sa collègue écologiste (28%). Les sympathisants de gauche sont même 56% à se sentir plus proches de Manuel Valls que de Cécile Duflot, un pourcentage qui grimpe à 78% chez les sympathisants de droite.

"PARLER CLAIR"

"Il faut nommer les choses, parler clair, sinon les gens ont l'impression qu'on leur cache des choses. Manuel Valls va continuer à nommer les choses", insiste-t-on dans l'entourage de l'ancien maire d'Evry, qui voit dans ce discours la réponse à une extrême droite en pleine ascension à six mois des élections municipales.

Populaire dans les enquêtes d'opinion, où les cotes de François Hollande et Jean-Marc Ayrault ne cessent de fléchir, Manuel Valls est sollicité par des élus qui souhaitent son soutien sur le terrain.

"Le ministre a le désir d'être utile dans les campagnes locales car il est dans son logiciel de participer à la victoire de la gauche dans les territoires", dit le sénateur Luc Carvounas.

Pour l'ancien directeur de campagne de Manuel Valls lors de la primaire socialiste en 2011, "la gauche de la gauche se trompe de débat et d'adversaire" quand elle voit le ministre se mettre dans les pas du Front national, comme l'en a accusé le leader du Front de gauche Jean-Luc Mélenchon.

"Manuel Valls est très en avance sur les questions d'immigration, qui demandent du réalisme et un langage de vérité qui fait écho auprès de nos concitoyens", ajoute l'élu du Val-de-Marne, pour qui "les positions de principe, la main sur le coeur à gauche" appartiennent au passé.

A ceux qui accusent Manuel Valls de lorgner vers le poste de Premier ministre, voire l'Elysée, à un horizon plus ou moins lointain, Luc Carvounas réaffirme la loyauté du locataire de la place Beauvau, dont "les expressions et l'axe politique" sont "dans la roue" de l'exécutif.

"C'est un ministre qui réussit, au coeur de la 'Hollandie'. Manuel n'entre pas dans la polémique en critiquant un collègue, on ne le prendra jamais à défaut sur ce terrain, il joue collectif", dit-il. "Tout le reste n'est que de la petite politique politicienne".

Edité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fgino le vendredi 4 oct 2013 à 18:19

    tu parles! content de lui! mais il ne peut agir !! pour le pays le probleme reste entier !! finalement il n'a rien fait !!! parole parole ! toujours des mots sur des maux !! imbécile heureux !!