Manuel Valls : «Nous sommes une Nation, pas une addition de communautés»

le
3
Manuel Valls : «Nous sommes une Nation, pas une addition de communautés»
Manuel Valls : «Nous sommes une Nation, pas une addition de communautés»

Si pour des raisons de sécurité l'agenda du Premier ministre n'est plus publié sur le site Internet de Matignon, le rendez-vous y était inscrit de longue date. Manuel Valls s'est rendu à Evry (Essonne) à midi pour la cérémonie de v½ux aux habitants. Le Premier ministre a été le maire de cette commune, député de la circonscription, pendant onze ans, avant d'être appelé au ministère de l'Intérieur en 2012 puis à Matignon. 

«C'est important pour mille raisons de saluer tous ceux que j'aime, que j'apprécie, que je considère. C'est une belle tradition qu'il fallait maintenir quels que soient les événements, de vous souhaiter la meilleure année possible pour 2015 et bien sûr à la ville d'Evry», a commencé Manuel Valls, qui est toujours conseiller municipal de la ville.

S'exprimant sans note, le Premier ministre est longuement revenu sur les conséquences des trois derniers jours. «La France vient de connaître trois jours dramatiques, trois attaques, mercredi, jeudi, vendredi. Bien sûr, hier, il y a eu le soulagement, la fin des opérations menées avec un professionnalisme inouï par la police et la gendarmerie en lien très étroit avec le parquet antiterroriste», a-t-il poursuivi, proposant à l'assistance de les applaudir tous. «J'ai été leur chef, je sais ce que nous leur devons. C'est un soulagement parce que les terroristes ont été mis hors d'état de nuire mais la peine, la tristesse, la colère sont là. 17 morts en trois jours, n'avions pas connu une telle attaque depuis des décennies.»

«Tout le monde doit venir demain»

Manuel Valls a ensuite détaillé les symboles attaqués ces trois derniers jours : la liberté d'opinion et d'expression, avec la mort des journalistes de Charlie Hebdo ; la liberté de protéger, avec celle de trois policiers ; la tolérance et la liberté de culte, en s'attaquant à des juifs. Enfin, la mort de citoyens anonymes. 

En conséquence, il faut se mobiliser dimanche et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ppetitj le samedi 10 jan 2015 à 21:21

    Il nous montre tous les jours le contraire. Nous sommes une addition de communauté...Et pas du tout égalitaires au vu des traitements de nos politiques...

  • LeRaleur le samedi 10 jan 2015 à 14:51

    Si justement, la France est une addition de deux communautés.

  • M940878 le samedi 10 jan 2015 à 14:26

    bisonours !