Manuel Valls : «Mardi, nous sauverons le site d'Alstom à Belfort»

le
11
Manuel Valls : «Mardi, nous sauverons le site d'Alstom à Belfort»
Manuel Valls : «Mardi, nous sauverons le site d'Alstom à Belfort»

Confronté à un creux de commandes de trains en France, la direction d'Alstom a annoncé son intention de transférer d'ici 2018 vers le site de Reichshoffen (Bas-Rhin), la production de locomotives fabriquées à Belfort, site historique du groupe qui a vu naître le premier TGV. Cette fermeture partielle du site franc-comtois avec le départ de 400 des 480 salariés a provoqué une levée de bouclier des syndicats et une véritable bombe sociale pour le gouvernement à sept mois de l'élection présidentielle. 

 

Depuis, François Hollande et le gouvernement assurent que «tout sera fait» pour pérenniser l'activité de Belfort. Manuel Valls va plus loin ce dimanche au Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro: «Mardi, nous sauverons le site d'Alstom à Belfort», promet-il avec à la clef «un certain nombre de pistes concrètes» pour maintenir l'activité ferroviaire du site et «surtout, d'engager l'avenir de cette grande entreprise dans la durée.» 

 

Mais pour l'heure, Manuel Valls se garde d'en dire plus en se contentant d'évoquer des axes de solutions: «le rôle de la commande publique» ou encore les investissements d'Alstom dans les projets du «TGV du futur» ou du «bus du futur»...   

 

Une simple «réunion de travail» mardi à Belfort selon le ministre de l'Industrie

 

La lourde tâche reviendra donc à Christophe Sirugue, le ministre de l'Industrie, de faire ces annonces lors de la réunion où seront présents Henri Poupart-Lafarge, le pdg d'Alstom, les élus locaux et les syndicats. La semaine dernière, le ministre de l'industrie évoquait lui davantage une «réunion de travail». «Je ne vais pas aller à Belfort en disant «Voilà une solution»», a-t-il même déclaré. 

 

D'autant que la situation pour le PDG d'Alstom est claire. Si l'entreprise se porte bien, elle est confrontée à un creux de commandes de trains en France. Auditionné à l'Assemblée Nationale la semaine dernière,  Henri ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • serval02 il y a 10 mois

    Avec l'argent de l'état.... Cela va nous coûter combien ?

  • pylenoir il y a 10 mois

    Mardi peut-être .. mais de quelle année ?

  • bpasseri il y a 10 mois

    ALSTOM doit arrêter les trains et doit faire des bus, le bus c'est l'avenir, alstom doit faire des bus roulant à 350 km/h pour remplacer les TGV, oui, c'est possible, mais il faut le vouloir, les sans dent le veulent ils ? là est tout le problème en fait, il est trop fort

  • jlgatel il y a 10 mois

    Il concurrence le train avec des bus et on s'étonne qu'il n y a plus besoin de loco Alstom, quels visionnaires !

  • jlgatel il y a 10 mois

    Fais le d'abord , Ouvre là après!

  • frk987 il y a 10 mois

    Exemple typique de la pire démagogie que l'on puisse faire, et comme d'hab c'est toujours les socialos.

  • frk987 il y a 10 mois

    Des contrats bidons imposés pour la SNCF, c'est le contribuable qui payera, sacré Manolo !!!!!

  • dsta il y a 10 mois

    ...Cà tiendra bien jusqu'en 2017, comme dit ENFERFISCAL 1er...!

  • 82554976 il y a 10 mois

    Gouverner c'est prévoir , pourquoi n'avoir pas anticipé cette crise en laissant des entreprises publiques gavées de subventions acheter des matériels ferroviaires étrangers ????

  • oglefort il y a 10 mois

    Allez, quelques promesses, des contrats pour durer jusqu'à la présidentielle et puis, basta !