Manuel Valls : la posture d'État

le
1
Manuel Valls à la Maison de l'Amérique Latine, le 22 janvier.
Manuel Valls à la Maison de l'Amérique Latine, le 22 janvier.

Barcelone. On sait qu'il y est né, en 1962. Il le revendique, et pourtant Manuel Valls aurait pu naître à Paris, comme sa s?ur Giovanna. Mais ses parents, qui sont alors installés en France, veulent qu'il voie le jour en Catalogne. L'un de ses oncles a composé l'hymne du Barça, et Valls reste un aficionado du club de foot catalan. Un amour qui lui a coûté cher : en 2015, lors du congrès du PS à Poitiers, il fait un aller-retour à Munich avec un avion de la République pour assister à la finale de la Ligue des champions qui oppose son club à la Juventus de Turin. Le Premier ministre se défend, mal, en prétextant une rencontre avec le président de l'UEFA, Michel Platini. Il promet ensuite de rembourser les places de ses enfants dans l'avion. Un accroc dans la République exemplaire que Valls met sans cesse en avant.

LIRE aussi Benoît Hamon : le pote apparatchik

Les ambitieux de Tolbiac

Le camp Valls qualifie Hamon, son rival, d'apparatchik. C'est un peu l'hôpital qui se moque de la charité. En la matière, Manuel Valls est un champion. Certes, à la différence de Benoît Hamon, il n'a jamais fait carrière dans les syndicats proches du PS, ce que sa condition de rocardien, de toute façon, lui interdisait. Mais il n'a surtout jamais travaillé, contrairement à Hamon. Après ses études d'histoire, Manuel Valls devient rapidement attaché...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nayara10 il y a 11 mois

    Un KATARY pourra devenir Président de la République sans soucis financier .....