Manuel Valls : «Je veux booster les socialistes»

le , mis à jour à 17:54
3
Manuel Valls : «Je veux booster les socialistes»
Manuel Valls : «Je veux booster les socialistes»

Hier, Manuel Valls est monté sur le pont de « l'Hermione », le bateau de La Fayette tout juste revenu à Rochefort (Charente-Maritime). Et il n'en est pas revenu qu'avec un sacré coup de soleil : « La force de son équipage, son courage, les vents contraires, les icebergs de Saint-Pierre-et-Miquelon... » s'extasie-t-il. Ce matin, en clôturant l'université d'été des socialistes à La Rochelle, le Premier ministre compte bien montrer qu'il y a un capitaine à la barre : lui.

Il voulait une rentrée calme, mais c'était sans compter sur la bordée tirée par Emmanuel Macron contre les 35 heures. Un épisode dont le locataire de Matignon, exaspéré par le talent des socialistes pour se tirer une balle dans le pied, jure qu'il se serait bien passé. « C'est nous-mêmes qui organisons ces débats... » soupire-t-il.

Face au tumulte et à des troupes qui voient arriver avec angoisse les élections régionales, le chef de la majorité va marteler son credo : « constance et volontarisme ».

D'abord constance, notamment en matière économique. « Notre politique va produire des résultats, le chômage va baisser, les indicateurs sont positifs », assure le Premier ministre. Traduction concrète : on ne change pas de cap économique. Si la poursuite de la baisse des impôts pour 2016 est toujours d'actualité, il laisse au président le soin d'en annoncer l'ampleur et d'en définir les modalités : impôt sur le revenu ou CSG ? L'arbitrage sera rendu la semaine prochaine.

Mais Valls entend mettre en avant ce qui a été engagé : « Il y a un effet de la baisse des impôts qui a concerné 9 millions de foyers. C'est massif, il faut capitaliser là-dessus. » Et qu'importe si les critiques pleuvent au sein de la gauche : « Ce que je sens, c'est que, pour les Français, il n'y a pas d'alternative crédible. » Menace terroriste, soubresauts économiques en Chine, etc. « Les Français, juge-t-il, sont en demande de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le dimanche 30 aout 2015 à 22:42

    Il faudra en premier lieu décongelé l'esprit critique des socialistes, inerte depuis 70 ans

  • M8252219 le dimanche 30 aout 2015 à 19:03

    Le volontarisme et la constance de refuser la réalité sont une ineptie intellectuelle et une faute morale. La réduction des dépenses de l'état était et est toujours la réforme impérative et urgente pour ne pas laisser la charge de la dette en augmentation constante à nos enfants.

  • M8252219 le dimanche 30 aout 2015 à 11:28

    Il aurait mieux fait de booster les économies à faire sur les dépenses de l'état.