Manuel Valls en visite surprise à l'abattoir Gad de Josselin

le
3
Manuel Valls en visite surprise à l'abattoir Gad de Josselin
Manuel Valls en visite surprise à l'abattoir Gad de Josselin

Un petit coucou ministériel, c'est toujours mieux qu'un propos désagréable. Manuel Valls a rendu une visite surprise ce vendredi à l'abattoir de porcs Gad à Josselin (Morbihan), repris récemment par le groupe Intermarché. Le Premier ministre, en visite en Bretagne depuis jeudi avec le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, ancien président de la région, a quitté Rennes très tôt pour rencontrer le PDG de l'entreprise, puis les salariés. Son déplacement avait été tenu secret, sans doute pour éviter qu'un comité d'accueil musclé et mugissant soit organisé.

C'est à propos de cet abattoir en grande difficulté que le ministre de l'Economie Emmanuel Macron avait gaffé mi-septembre. «Il y a dans cette société une majorité de femmes et il y en a qui sont pour beaucoup illettrées. On leur explique Vous n'avez plus d'avenir à Gad ou aux alentours, allez travailler à 50 ou 60 km. Ces gens-là n'ont pas le permis de conduire ! On va leur dire quoi ? Allez passer le permis de conduire, allez attendre un an? Ça ce sont des réformes du quotidien», s'était-il enflammé sur Europe 1.

Rapidement la polémique avait enflé et, bien que le ministre ait évoqué une réalité, puisque 20% des salariés de l'entreprise, soit près de trois fois la moyenne nationale, étaient alors illettrés, il avait présenté ses «excuses les plus plates» l'après-midi même. 

Emmanuel Macron manquait à l'appel ce vendredi matin, alors qu'il devait se rendre à Josselin dans les semaines suivants la polémique. Manuel Valls n'a pas voulu relever : «Je ne participe pas de ces débats qui vous, vous ravissent», a-t-il lâché aux journalistes présents. S'il est venu à Josselin, c'est parce que Gad «est un symbole de la Bretagne», a déclaré le Premier ministre. «C'est très important de soutenir l'ensemble de ces filières qui ont été en difficultés, qui ont encore des problèmes et ici ce qui a été fait de notre point de vue est ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • berkowi le vendredi 19 déc 2014 à 12:50

    @frk987 : 20% de salariés illettrés au sein de l'abattoir, vous les appelez comment ? De plus c'était un constat et non un qualificatif. Est-ce le ministre qui est anormal ou la situation. Appeler un chat un chat, ça vous choque ? Alors il ne faut pas faire de statistiques, par d'étude d'opinions etc .. De plus le ministre évoquait cette situation pénible pour justement demander que l'on fasse attention à la situation de ces salariés et non pour les insulter.

  • soulamer le vendredi 19 déc 2014 à 11:28

    80 000 nouveaux fonctionnaires ca devrait pas etre difficiile d'aider cette boite une fois rentablie vous pourrez a nouveau l'étouffer sous le poids des charges et des contraintes diverses pour payer votre gabegie sans fin

  • frk987 le vendredi 19 déc 2014 à 10:13

    En visite chez les analphabètes comme avait dit avec intelligence et tact.....