Manuel Valls dévoile la stratégie nationale de cybersécurité

le
0

PARIS, 16 octobre (Reuters) - Manuel Valls a présenté vendredi une stratégie nationale de sécurité numérique, qui vise à faire face aux attaques informatiques, terroristes ou criminelles mais également à l'utilisation intempestive des données personnelles par les grands groupes de la Silicon Valley. Le Premier ministre a insisté sur la menace représentée par les "individus malveillants, d'organisations criminelles et terroristes". "Toutes les sociétés vont devoir faire des efforts majeurs pour se protéger", a-t-il rappelé, évoquant à titre d'exemple le cas de l'attaque contre TV5Monde en avril. "Le but des assaillants était de détruire totalement TV5Monde", a rappelé le directeur général de la chaîne, Yves Bigot, invité à la présentation. L'attaque était d'une ampleur jamais vue pour une chaîne de télévision, mais pas inédite. "Il y a des attaques aussi puissantes tous les quinze jours sur les grands groupes, qui sont signalées à l'ANSSI" (Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information), a estimé Guillaume Poupard, directeur général de cette agence rattachée à Matignon. Ces attaques sont moins visibles car il s'agit d'espionnage et pas de sabotage, a-t-il précisé. Pour leur faire face, les moyens de l'ANSSI vont être renforcés. L'Etat cherche également à apporter son aide aux petites et moyennes entreprises (PME) et aux particuliers, alors que son attention se portait pour l'instant plutôt sur les opérateurs d'importance vitale (OIV), ces groupes appartenant à douze secteurs stratégiques comme l'énergie, la sécurité ou les télécoms. Un document qui détaille la stratégie nationale évoque le développement d'un "écosystème favorable" pour encourager l'investissement dans l'industrie de la cybersécurité de la part des grands groupes comme des PME. L'Etat fera également un travail d'éducation. "La France est en retard, il faut une sensibilisation de tous aux dangers", a expliqué le Premier ministre. Manuel Valls veut également "faire du modèle européen des protections de données personnelles un motif d'attractivité". Pour faire face aux grands groupes comme Google GOOGL.O ou Microsoft MSFT.O , il faut prendre des mesures législatives au niveau français et européen, estime Guillaume Poupard. "Ces géants du Net respectent la loi", a-t-il rappelé. Le directeur général de l'ANSSI a également évoqué les liens commerciaux qui peuvent unir la France à des groupes comme Microsoft ou Cisco CSCO.O . "Nous avons besoin d'eux, il ne faut pas pour autant être naïfs. Certains coeurs stratégiques ne leur sont pas ouverts", a-t-il tranché. Cisco emploie 1.200 personnes en France, et son président a annoncé début octobre s'apprêter à doubler ses investissements dans les start-up françaises. ID:nL8N1282KD (Joseph Sotinel, édité par Dominique Rodriguez)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant