Manuel Valls dénonce les actions d'extrémistes anti-mariage gay

le
3
MANUEL VALLS APPELLE LES OPPOSANTS AU MARIAGE GAY À REJETER LES GROUPES IDENTITAIRES
MANUEL VALLS APPELLE LES OPPOSANTS AU MARIAGE GAY À REJETER LES GROUPES IDENTITAIRES

par Gérard Bon

PARIS (Reuters) - Le ministre français de l'Intérieur a exhorté jeudi les opposants au projet de loi autorisant le mariage homosexuel à rejeter les groupes d'extrême droite qui sont à l'origine selon lui de la radicalisation et des violences de ces derniers jours.

Manuel Valls, qui a réuni l'ensemble des services afin de renforcer le dispositif en vue notamment de la manifestation prévue dimanche par "La Manif pour tous", a également jugé inacceptable les pressions sur les parlementaires.

"J'invite chacun à rejeter ces groupes d'extrême droite. C'est aux organisateurs de faire le tri", a-t-il dit à la presse.

La décision du gouvernement d'accélérer le calendrier de l'examen du projet de loi, pour lequel un vote solennel est prévu mardi prochain, a accru le ressentiment des adversaires du mariage homosexuel, qui dénoncent un passage en force.

Dénonçant les "agissements de groupes identitaires" qui se réclament du "pétainisme", Manuel Valls a cité nommément le syndicat étudiant GUD, l'Oeuvre française, les Jeunesses nationalistes et le Renouveau français.

Le Parti socialiste met pour sa part en cause le Bloc identitaire, qu'il accuse d'avoir poursuivi la journaliste Caroline Fourest pendant près d'une journée, ce que le mouvement d'extrême droite dément.

Ces groupes, qui se sont souvent fait connaître par le rejet de l'immigration et de l'islam et dont certains dirigeants ont été exclus en 2011 du Front national, comptent de 2.000 à 3.000 militants au total.

La plupart aspirent à un "Printemps français", une sorte de "Mai-68" qui serait mené cette fois par une nouvelle droite forgée dans la contestation du mariage homosexuel.

"ACTIONS DIRECTES"

Le slogan "Printemps français" a été toutefois lancé par certains anciens animateurs de la "Manif pour tous" contestant son caractère apolitique et qui ont fait scission pour pouvoir dénoncer plus globalement la politique du gouvernement.

Aux grandes manifestations, ces derniers préfèrent les actions directes, comme le harcèlement de personnalités, les comités d'accueil de ministres ou les blocages de rues par les "Hommen", des hommes manifestant torse nu contre le mariage gay.

Un groupe "Huons nos ministres" s'est constitué grâce aux réseaux sociaux pour accueillir les ministres lors de leurs différents déplacements et les chahuter. Plusieurs membres du gouvernement en ont été victimes, dont Manuel Valls et sa femme, attendus à la sortie d'un concert salle Pleyel.

Le ministre de l'Intérieur vise pour l'instant les "identitaires" qu'il accuse de vouloir "provoquer des incidents graves" et tester les institutions républicaines."

"Ils trouveront en face une réponse très déterminée des forces de l'ordre", a-t-il prévenu.

Manuel Valls a dénoncé les violences commises depuis 24 heures à Paris, Lyon et Lille, où a été commise une agression homophobe dans un bar gay de la vieille ville.

Il a également mis en garde contre les menaces de mort et les incitations à la haine proférées par certains des opposants au mariage gay.

"J'en appelle à la responsabilité de tous", a-t-il dit en précisant qu'un "dispositif important" serait mis en place pour le défilé prévu dimanche à Paris.

Manuel Valls a également invité les familles, venues à de précédentes manifestations avec des enfants en bas âge, à faire preuve de prudence.

La préfecture de police de Paris a confirmé que des groupes d'extrême droite avaient "infiltré" mercredi soir une manifestation aux abords de l'Assemblée nationale et refusé d'obéir aux mots d'ordre de dispersion.

Trois policiers ont été blessés et deux véhicules des forces de l'ordre ont été dégradés, tandis que 12 manifestants ont été placés en garde à vue pour violences volontaires sur agents publics et dégradations volontaires.

Edité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • michelq3 le vendredi 26 avr 2013 à 16:16

    parents "papa-maman" irresponsables , sachez qu'on ne doit pas faire participer les enfants mineurs à une manifestation revendicatrice.

  • janaliz le jeudi 18 avr 2013 à 19:00

    On peut aussi dénoncer la disproportion de la riposte des forces de l'ordre lors de la précédente manif. Imaginons qu'un enfant fut blessé... et pas seulement des femmes...

  • M1617344 le jeudi 18 avr 2013 à 18:40

    Bien entendu pour valls et ses sbires tous ceux qui n ' acceptent pas les diktats de leur idéologie ne peuvent être que de supposés opposants d'extrème - droite et ils croient qu'on gober leurs élucubrations ? pauvres types !