Manuel Valls dans le Var après le meurtre de deux gendarmes

le
21
Manuel Valls dans le Var après le meurtre de deux gendarmes
Manuel Valls dans le Var après le meurtre de deux gendarmes

PARIS (Reuters) - Le gouvernement et les représentants des forces de l'ordre ont exprimé leur émotion après l'assassinat de deux femmes gendarmes dans la nuit de dimanche à lundi dans le village de Collobrières, dans le Var.

Un homme a été arrêté pour le meurtre des deux gendarmes âgées de 29 et 35 ans, respectivement adjudante et maréchale des logis chef.

Le ministre de l'Intérieur, qui s'est rendu sur place, a souligné la violence du double meurtre, précisant qu'il rendrait hommage aux victimes lors des obsèques qui se dérouleront prochainement.

"A priori, c'est l'auteur présumé mais l'enquête maintenant va tenter de le démontrer", avait-il auparavant dit sur RTL.

"Le choc est immense", a-t-il ajouté. "Dans la gendarmerie, c'est une première: deux femmes gendarmes, assassinées dans des conditions d'une rare violence, alors qu'elles se rendaient dans ce village pour régler un problème de voisinage, semble-t-il."

L'intervention des deux gendarmes aurait "mal tourné", le suspect s'étant emparé de l'arme de service de l'une d'elles avant d'ouvrir le feu, précise un communiqué.

Des effectifs de gendarmerie ont été ensuite mobilisés pour retrouver l'auteur présumé, qui été interpellé avec sa concubine et placé en garde à vue.

Selon Var Matin, cet homme décrit comme un colosse avait échappé à la prison la semaine dernière après être passé devant le tribunal correctionnel de Toulon pour "violences commises sur un ascendant".

LES SYNDICATS POLICIERS RÉCLAMENT JUSTICE

François Hollande a appris le drame alors qu'il s'apprêtait à partir pour le Mexique pour le sommet du G20.

"C'est une tragédie pour les familles et l'ensemble de la gendarmerie auxquels j'exprime mon soutien et ma solidarité", déclare le président dans un communiqué.

"A travers ce drame, c'est la République qui est atteinte", ajoute-t-il.

Unité SGP police, premier syndicat de la police en tenue, a souligné qu'une intervention de police ou de gendarmerie "n'est jamais sans risque, y compris dans les zones rurales".

Alliance, le second syndicat, a souligné qu'il réclamait depuis de nombreuses années une "justice forte et dissuasive, par la mise en place de peines exemplaires, comme les peines plancher, à l'encontre des meurtriers de personnes dépositaires de l'autorité publique."

Pour le Front national, ce double meurtre par un homme déjà connu des services de police et de gendarmerie "pose une fois encore la dramatique question du sentiment d'impunité qui règne chez les criminels et qui nourrit le phénomène de récidive."

Il exprime sa plus grande inquiétude "au moment où la gauche obsédée par l'angélisme" adresse, selon lui, "des signes alarmants", en refusant de s'engager dans la construction de places de prison supplémentaires et en favorisant la politique d'aménagement des peines.

Service France, édité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5850553 le lundi 18 juin 2012 à 18:56

    C'est des prisons ou des hotels qu'on veut construire???dans les 2 cas la facture TOTALE est lourde!!!le mieux c'est le bateau!!!!!!!!!!!!!!!!!!sans escale!!

  • M5850553 le lundi 18 juin 2012 à 18:54

    le ps comme tous les partis de G ou D ont interet a arreter leur angelisme stupide!!vis a vis de cette délinquence là!!sinon çà va mal finir!!

  • M5850553 le lundi 18 juin 2012 à 18:51

    donc je disais ma surpris d'apprendre qu'il s'agit d'un délinquant mag......je croyais que çà n'avait jamais existé!!moa!!!!!!

  • M5850553 le lundi 18 juin 2012 à 18:50

    il suffit d'inscrire le mot ma grebin en entier poue etre sensuré!!merci boursorama

  • dhote le lundi 18 juin 2012 à 17:15

    J'apprends le nom de l'auteur du double crime, quelle surprise!!!! Ce n'est pas un nom breton !!!

  • LeRaleur le lundi 18 juin 2012 à 16:53

    Le nom est Abdallah Boumezaar.

  • M4220692 le lundi 18 juin 2012 à 16:38

    Hi hi hi, encore un mauvais perdant qui accuse le président normal !!

  • 82554976 le lundi 18 juin 2012 à 16:06

    Elle est où la France apaisée du président normal ???? La violence continue , on cache le nom du voyou on sait pourquoi !!! En fait rien ne change en bien !!

  • M4220692 le lundi 18 juin 2012 à 12:00

    Envoyer 2 femmes en plein nuit pour régler une situation, c'est du suicide et irresponsable de ces supérieurs hiérarchiques.

  • M140210 le lundi 18 juin 2012 à 11:30

    Avec les sauss au pouvoir, ça va être la valls des gendarmes et policiers