Manuel Valls dans « Des paroles et des actes » : 5 moments à retenir

le
2
Manuel Valls hier soir, sur le plateau de Des paroles et des actes, sur France 2.
Manuel Valls hier soir, sur le plateau de Des paroles et des actes, sur France 2.

Manuel Valls n'est pas venu seul. Invité à répondre aux multiples questions de David Pujadas sur sa ligne politique, le chef du gouvernement est venu participer à l'émission Des paroles et des actes

, sur France 2, accompagné de 17 de ses ministres, sagement assis dans le public placé derrière lui. Au programme de cette première émission de la saison : crise des migrants, chômage, FN, PS? Des sujets de fond pour tous les Français, ponctués par quelques moments plus légers où le Premier ministre a su faire preuve d'humour, à propos notamment de son remuant ministre de l'Économie Emmanuel Macron, récemment au c?ur d'une polémique pour sa sortie sur le statut des fonctionnaires. Une attitude moins rigide du Premier ministre qui dit vouloir incarner « une gauche sans complexe, moderne et efficace ».

Migrants : la porte entrouverte de la France

« Est-ce que l'on peut faire passer un message qui consiste à dire Venez tous en Europe ? Ça n'est pas possible », conclut Manuel Valls sur la question des migrants. Si le Premier ministre a rappelé que le droit d'asile était un droit « international » et « constitutionnel », il a également précisé que la France n'accueillera « pas plus » de 30 000 réfugiés sur son territoire.

 

Échange tendu avec un militant LR

 

Si la figure de l'opposition était représentée par l'ancien locataire de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • JOG58 le vendredi 25 sept 2015 à 14:03

    bien sur boursorama pro socialo dégage les posts réalistes.....

  • M8252219 le vendredi 25 sept 2015 à 13:40

    "La reprise est là !" Il y a un frémissement positif ! LES INCANTATIONS NE SERVENT QU'A DÉCRÉDIBILISER LE GOUVERNEMENT.S'atteler à la réduction des dépenses de l'état était la réforme primordiale.Cela aurait dégagé des milliards d'euros pour améliorer l'emploi et faire du social.TROP TARD .C'EST L'INVERSE QUI A ÉTÉ FAIT. Les responsables politiques socialistes n'ont qu'a s'en prendre à eux même. Dogmatiques, aveugles, irresponsables.