Manuel Valls au Grand Journal : «Il faut avoir peur du Front national»

le
1
Manuel Valls au Grand Journal : «Il faut avoir peur du Front national»
Manuel Valls au Grand Journal : «Il faut avoir peur du Front national»

Manuel Valls a beau avoir été taclé par son camp et  raillé par l'opposition quand il a dit «avoir peur» que la France «se fracasse contre le Front national», il persiste et signe : «Il faut avoir peur du Front national». Invité du Grand Journal ce lundi sur Canal +, il continue, à six jours du premier tour des élections départementales, de mener la charge contre le parti de Marine Le Pen donné vainqueur du scrutin.

«Je suis un combattant. Je ne veux pas que ce soit le FN qui incarne» la France, martèle-t-il. Un parti à ses yeux «pas républicain, pas patriote, qui n'aime pas la France.»

Mais s'il attaque encore une fois au parti d'extrême droite, dont les «propositions (...) pourraient ruiner le pays», il prend soin de ménager ses électeurs. «Je peux comprendre la désespérance, le rejet du politique. C'est la raison pour laquelle nous nous mobilisons.»

Il ne compte pas quitter Matignon

Et le Premier ministre de vanter le bilan de son action. «La délinquance, elle est en train de baisser, dans les territoires urbains comme ruraux.» Sur le plan économique «ça va mieux.» «La politique économique donne des résultats. Pour la première fois, il y a eu  une baisse du chômage en janvier.» Il promet que «la croissance va revenir progressivement au cours de l'année 2015.»

Alors que sa cote de popularité dégringole -il a perdu 10 points dans le dernier baromètre Ipsos-Le Point, il ne compte pas lâcher Matignon, même si la raclée annoncée des socialistes se confirment dans les urnes. «Je continuerai mon action comme chef du gouvernement parce que ce ne sont pas des élections législatives.» Une réponse directe à Marine Le Pen, qui dans la matinée, a jugé, comme ce week-end dans Le Parisien-Aujourd'hui, qu'il ne pouvait rester aux manettes en cas de déroute. 

Sur l'affaire de la «main tremblante»...

Manuel Valls s'est défendu lundi des accusations du FN sur «sa main tremblante» ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le lundi 16 mar 2015 à 23:20

    Il ne lui manque que la moustache. Tout ce cinéma pour se faire enfoncer les 22 et 29. Manu, les français ont ouvert les yeux.