Manu Petit, Grande Allemagne…

le
0
Manu Petit, Grande Allemagne…
Manu Petit, Grande Allemagne…

Et pour quoi faire ? Quand Manu descend, il n'a jamais sa langue dans sa poche. Et souvent elle fourche. En glorifiant l'œuvre de son pote Thierry Henry, qu'il jugeait insuffisamment célébrée par la France du foot, Manu Petit a dérapé. Retour polémique sur sa saillie pangermaniste Ne m'appelez plus jamais France
Il y a du Michel Sardou chez Manu Petit. Les deux aiment leur pays. Ils ont le droit. Quand Michel fustigeait la France qui coule, ça donnait ça : "Ne m'appelez plus jamais France / La France elle m'a laissé tomber / Ne m'appelez plus jamais France / C'est ma dernière volonté" (Le France, 1975). Quand Manu fustige la France qui coule, c'est via la défense de son pote Thierry Henry, le mal aimé du foot français, selon lui. Manu s'en prend à la presse écrite nationale ("Elle n'a aucun recul et ne s'excuse jamais") et aux "élites de notre pays et leur mépris à l'égard des sportifs". Michel Sardou tapait aussi sur les Français, pas reconnaissants envers les Américains venus sauver la France en juin 44 : "Si les Ricains n'étaient pas là / Vous seriez tous en Germany / À parler de je ne sais quoi / À saluer je ne sais qui."(Les Ricains, 1967). Quand Manu savate les Français, toujours pour défendre son Titi, ça donne ça : "Il n'est pas détesté, il n'est surtout pas aimé. Ce qui n'est pas normal, déjà. En France, il n'a aucune connivence avec la presse, et alors ? Peut-être parce qu'il ne souriait pas lorsqu'il marquait pour les Bleus ! Cela me fatigue. Que peut-on reprocher à Thierry Henry ? Sa main contre l'Irlande ? Il a aidé à la qualification en Coupe du monde ! L'Afrique du Sud ? Il n'a rien fait. La France est hypocrite et lâche. Parfois, je me dis qu'en ayant été envahis par les Allemands, on serait mieux dirigés aujourd'hui."

Sardou idéalisait l'Amérique en 1969, Manu idéalise l'Allemagne en 2014. Avant de revenir sur la polémique née des propos "pro allemands" de Petit, on notera qu'en creux Michel et Manu sont en fait sur la même longueur d'ondes : c'est bien la France et les Français qu'ils fustigent d'abord, plutôt que l'Amérique et l'Allemagne qu'ils vénèrent. D'ailleurs, Emmanuel Petit ne loue pas que l'Allemagne, il cite aussi en exemple l'Angleterre : "En Angleterre, il a une statue. Cela veut dire beaucoup de choses. Et attention, il parle très bien aux médias britanniques. Il a été consultant durant la Coupe du monde sur la BBC. Il a apprécié, car il aime le football. Les Anglais le considèrent à sa juste valeur. Il a toujours été une personne honnête. Il est adulé là-bas, ça vous dérange ? Alors,...


Ne m'appelez plus jamais France
Il y a du Michel Sardou chez Manu Petit. Les deux aiment leur pays. Ils ont le droit. Quand Michel fustigeait la France qui coule, ça donnait ça : "Ne m'appelez plus jamais France / La France elle m'a laissé tomber / Ne m'appelez plus jamais France / C'est ma dernière volonté" (Le France, 1975). Quand Manu fustige la France qui coule, c'est via la défense de son pote Thierry Henry, le mal aimé du foot français, selon lui. Manu s'en prend à la presse écrite nationale ("Elle n'a aucun recul et ne s'excuse jamais") et aux "élites de notre pays et leur mépris à l'égard des sportifs". Michel Sardou tapait aussi sur les Français, pas reconnaissants envers les Américains venus sauver la France en juin 44 : "Si les Ricains n'étaient pas là / Vous seriez tous en Germany / À parler de je ne sais quoi / À saluer je ne sais qui."(Les Ricains, 1967). Quand Manu savate les Français, toujours pour défendre son Titi, ça donne ça : "Il n'est pas détesté, il n'est surtout pas aimé. Ce qui n'est pas normal, déjà. En France, il n'a aucune connivence avec la presse, et alors ? Peut-être parce qu'il ne souriait pas lorsqu'il marquait pour les Bleus ! Cela me fatigue. Que peut-on reprocher à Thierry Henry ? Sa main contre l'Irlande ? Il a aidé à la qualification en Coupe du monde ! L'Afrique du Sud ? Il n'a rien fait. La France est hypocrite et lâche. Parfois, je me dis qu'en ayant été envahis par les Allemands, on serait mieux dirigés aujourd'hui."

Sardou idéalisait l'Amérique en 1969, Manu idéalise l'Allemagne en 2014. Avant de revenir sur la polémique née des propos "pro allemands" de Petit, on notera qu'en creux Michel et Manu sont en fait sur la même longueur d'ondes : c'est bien la France et les Français qu'ils fustigent d'abord, plutôt que l'Amérique et l'Allemagne qu'ils vénèrent. D'ailleurs, Emmanuel Petit ne loue pas que l'Allemagne, il cite aussi en exemple l'Angleterre : "En Angleterre, il a une statue. Cela veut dire beaucoup de choses. Et attention, il parle très bien aux médias britanniques. Il a été consultant durant la Coupe du monde sur la BBC. Il a apprécié, car il aime le football. Les Anglais le considèrent à sa juste valeur. Il a toujours été une personne honnête. Il est adulé là-bas, ça vous dérange ? Alors,...


...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant