Manoeuvres sino-russes en mer de Chine méridionale dès lundi

le
0
    PÉKIN, 11 septembre (Reuters) - La Chine et la Russie 
effectueront à partir de lundi des exercices militaires en mer 
de Chine méridionale qui dureront huit jours, a annoncé dimanche 
la marine chinoise. 
    Ces manoeuvres seront menées alors que les tensions sont 
vives entre riverains de la mer de Chine du Sud, à plus forte 
raison depuis la décision rendue par la Cour permanente 
d'arbitrage de La Haye qui a donné raison aux Philippines dans 
le différend maritime qui l'opposait à Pékin. La cour a en outre 
critiqué les dégâts infligés à l'environnement par les travaux 
que mènent Pékin sur des récifs de la région. 
    La Chine a rejeté cette décision et avait d'ailleurs refusé 
de contribuer à la procédure. 
    L'exercice "Joint Sea-2016" sera mené par des bâtiments de 
surface, des sous-marins, des avions et des hélicoptères, a 
précisé la marine chinoise dans un communiqué publié dimanche. 
    Parmi les manoeuvres prévues, figurent des opérations 
défensives, des opérations de sauvetage, des opérations 
anti-sous-marines ainsi que des opérations de "captures d'îles". 
    Des soldats participeront à des essais balistiques, à des 
exercices de défenses d'îlots et à des opérations terrestres au 
cours de ces manoeuvres, les plus importantes jamais organisées 
par les marines des deux pays, dit encore le texte. 
    Leur organisation a été annoncée en juillet par la Chine qui 
expliquait alors qu'elles étaient destinées au renforcement de 
la coopération entre les deux pays et qu'elles ne visaient aucun 
pays en particulier. 
    La Chine et la Russie, toutes deux membres permanents du 
Conseil de sécurité des Nations unies, défendent des points de 
vue similaires dans un grand nombre de dossiers, sur la question 
syrienne notamment. 
    Pékin revendique la majeure partie de la mer de Chine 
méridionale, par laquelle transite une partie non négligeable du 
commerce international. Taiwan, Vietnam, Philippines, Malaisie 
et Brunei ont également des revendications maritimes, qui 
souvent se chevauchent. 
    La Russie a de son côté à plusieurs reprises soutenu la 
position chinoise, notamment sur la question de l'arbitrage 
rendu au bénéfice des Philippins. 
 
 (Ben Blanchard,; Nicolas Delame pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant