Manifestations : la «Nuit de l'élevage en détresse» suivie dans toute la France

le , mis à jour le
0
Manifestations : la «Nuit de l'élevage en détresse» suivie dans toute la France
Manifestations : la «Nuit de l'élevage en détresse» suivie dans toute la France

Opérations escargots, déversements de fumier et lâcher de ballons, c’est le programme qu'avaient prévu les agriculteurs à compter de ce jeudi soir. La mobilisation la plus forte étaient attendue en Bretagne. Le président de la FNSEA (syndicat majoritaire des exploitants agricoles) Xavier Beulin était attendu à Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor).

Après 19 heures, des tracteurs sont partis de plusieurs villes des Côtes-d'Armor pour rejoindre la préfecture, Saint-Brieuc. Des pneus ont été incendiés devant une laiterie Entremont. Environ 200 agriculteurs auraient été mobilisés autour du président de la FNSEA. Des rassemblements similaires ont eu lieu à Rennes.

VIDEO. Les éleveurs brûlent des pneus devant une laiterie à Quimper

Dans le reste de la France, les tracteurs étaient aussi de sortie. En Loire-Atlantique, des agriculteurs se sont regroupés devant une centrale d'achat de l'enseigne Leclerc à Saint-Etienne-de-Montluc. Cette centrale approvisionne une trentaine de centre commerciaux de l'enseigne dans le Grand Ouest. Ils souhaitent bloquer la livraison des magasins et déchargent des remorques de fumier.

#NuitdelaDetresse les magasins ne seront pas livrés demain : il faut payer ++++ cher ! pic.twitter.com/AvHMxlGoxq— FNSEA44 (@FNSEA44) 2 Juillet 2015

Action symbolique dans les Landes, à Mont de Marsan, où les agriculteurs ont posé un cadenas autour de la Direction départementale des territoires et de la mer. Des rassemblements ont également eu lieu en à Périgueux (Dordogne) et Rodez (Aveyron).

Les exploitants agricoles déplorent la chute des prix à la consommation. Des prix qui, selon eux, ne leur permettent même pas de couvrir leurs coûts de production. Par cette «Nuit de la détresse», FNSEA et Jeunes agriculteurs entendent montrer leur détermination et mettre sous pression grandes enseignes et industriels. Ils leurs reprochent de mettre trop de temps à appliquer les accord passés sous ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant