Manifestations en France contre la loi anti-IVG espagnole

le
0
MANIFESTATIONS EN FRANCE CONTRE LE PROJET DE LOI ESPAGNOLE RESTREIGNANT LE DROIT À AVORTER
MANIFESTATIONS EN FRANCE CONTRE LE PROJET DE LOI ESPAGNOLE RESTREIGNANT LE DROIT À AVORTER

PARIS (Reuters) - Plusieurs milliers de personnes ont manifesté samedi à Paris et en province en écho à la mobilisation à Madrid et dans d'autres capitales européennes contre le projet de loi restreignant fortement le droit à avorter en Espagne.

A Madrid, plusieurs milliers de personnes ont afflué de l'ensemble du pays pour s'opposer au projet du gouvernement de Mariano Rajoy, qui prévoit de limiter l'avortement aux cas de viols ou de danger grave pour la santé de la mère.

Dans la capitale française, les participants ont défilé jusqu'à l'ambassade d'Espagne pour "soutenir le combat des femmes espagnoles" avec le soutien de 80 associations, syndicats et partis écologistes et de gauche.

Des rassemblements ont également eu lieu dans une vingtaine de villes de province, dont Bordeaux, Marseille, Montpellier, Nantes, Strasbourg et Toulouse, selon le Planning familial.

"Non à la régression des droits des femmes en Espagne et ailleurs! La liberté face à l'obscurantisme!", scandaient des manifestantes parisiennes.

"Le combat des femmes, des forces démocratiques et associatives espagnoles pour ce droit fondamental est le nôtre, et nous le soutiendrons ici et ailleurs, car il est le combat de celles et ceux qui veulent l'égalité entre les femmes et les hommes", ont expliqué les organisateurs.

Anne Hidalgo, candidate socialiste à la mairie de Paris, a participé à la manifestation parisienne aux côtés de Corinne Lepage, présidente de Cap 21. Arlette Laguiller, ex-dirigeante de Lutte ouvrière et Olivier Besancenot, fondateur du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) étaient également présents.

"Aujourd'hui, c'est solidarité avec les femmes espagnoles. La régression qu'elles sont en train de vivre n'est pas acceptable", a expliqué Anne Hidalgo sur BFM-TV.

Comme lors d'une première manifestation le 27 décembre, l'appel à manifester a été lancé par la coordination des associations pour le droit à l'avortement et à la contraception (Cadac), le Planning familial, le collectif Tenon, l'Association nationale des centres d'interruption de grossesse et de contraception (Ancic).

L'actuelle loi espagnole, votée sous l'ancien gouvernement socialiste, autorise l'avortement jusqu'à 14 semaines de grossesse pour toutes les femmes sans justification et jusqu'à 22 semaines en cas de malformation du foetus ou de grave danger physique ou psychique pour la mère.

Le projet du gouvernement de Mariano Rajoy supprime l'avortement sauf en cas de danger prouvé pour la vie ou la santé physique ou psychologique de la femme, ou après un viol ayant fait l'objet d'une plainte préalable.

Gérard Bon

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant