Manifestations contre la loi Travail : le casse-tête du préfet

le , mis à jour à 08:48
0
Manifestations contre la loi Travail : le casse-tête du préfet
Manifestations contre la loi Travail : le casse-tête du préfet

Mardi soir, les opposants franciliens au projet de loi Travail attendaient toujours de savoir s’ils pourraient battre le pavé parisien demain pour la dixième fois en trois mois ou s’ils devraient se plier au rassemblement statique réclamé par le premier flic de France, le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve.

 

La décision de la préfecture de police de Paris, attendue hier vers 18 heures, a été repoussée. Selon nos informations, le scénario d’un compromis autorisant la tenue d’une vraie manifestation se dessinait. « Les discussions se poursuivent. Aucune décision n’a été prise à l’heure actuelle », nuançait toutefois la préfecture en fin d’après-midi.

 

Dans l’attente du feu vert du Premier ministre

 

A la place du parcours allant de Bastille à Nation — objet de la demande déposée jeudi dernier par les syndicats —, les organisateurs ont proposé hier deux autres itinéraires : le premier allant de Bastille à la place d’Italie, et le second de la place Denfert-Rochereau à la place d’Italie. La préfecture a étudié ces deux propositions. Après une réunion et moult allers-retours téléphoniques entre ses services et les états-majors syndicaux, c’est le trajet Denfert-place d’Italie, « plus sécurisé », qui tenait la corde. « C’est une solution acceptable. Cela ne change rien, l’enjeu pour nous était de pouvoir organiser un défilé. Si ces trajets sont mieux adaptés pour la sécurité, nous l’entendons », explique-t-on à la CGT. La décision finale, prise par le préfet, semblait suspendue au feu vert du Premier ministre Manuel Valls. Hier en fin de journée, un élément est venu corser les choses. Dans un communiqué, Alliance, premier syndicat de gardiens de la paix, a demandé le report du défilé, « comme d’ailleurs de tout rassemblement statique », invoquant « l’épuisement » des « collègues sur tous les fronts ».

 

LE BUREAU DE VÉRIFICATION ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


A lire aussi sur Le Parisien.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant