Manifestations à Athènes et Paris pour soutenir le gouvernement grec

le
9
Manifestations à Athènes et Paris pour soutenir le gouvernement grec
Manifestations à Athènes et Paris pour soutenir le gouvernement grec

A la veille d'une réunion des ministres des Finances de la zone euro à Bruxelles, dont dépend l'avenir économique de la Grèce, plusieurs milliers de personnes sont descendues dimanche dans les rues pour soutenir le nouveau gouvernement d'Alexis Tsipras. En Grèce, ils étaient plus de 25 000. A Paris, 2000 personnes ont défilé. Soutenu par sa population, le gouvernement grec se dit déterminé à obtenir une renégociation de la dette grecque et des mesures d'austérité demandées par la troïka.

Dimanche soir, au moins 18.000 personnes étaient rassemblées à Athènes et 8.000 à Thessalonique, selon la police. Mercredi, 15.000 personnes étaient déjà descendues dans les rues à Athènes et 5.000 à Thessalonique, la deuxième ville du pays, pour soutenir le nouveau gouvernement de gauche radicale qui veut remplacer le programme d'aide au pays, mené par les créanciers internationaux, par un accord-relais, suivi d'un programme de réformes élaborées en association avec l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). 

Sur les banderoles on pouvait lire «Finissons-en avec l'austérité en Grèce et en Europe», «Finissons-en avec Merkel, essayez la démocratie»... «Nous voulons la justice ici et maintenant. On doit nous rendre justice de toute la souffrance endurée par la Grèce au cours des cinq dernières années», estimait Théodora, chômeuse de 58 ans, sur la place Syntagma à Athènes.

 

D'autres manifestations se sont déroulées parallèlement en Europe. Au Portugal, entre 200 et 300 manifestants se sont rassemblés sur une place du centre-ville de Lisbonne avant de défiler en direction de la représentation de la Commission européenne.

VIDEO. Manifestation à Athènes pour soutenir le gouvernement grec

2000 manifestants à Paris

Quelque 2.000 personnes ont manifesté à Paris en soutien au «David grec» contre «le Goliath de la Finance», à l'appel d'un collectif d'associations, et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Cambio17 le lundi 16 fév 2015 à 09:18

    L'assurance vie c'est de la dette d'état, donc une petite partie de nos assurances vies : 1300 milliards d'euros est constitué de dette Grecque...

  • b.renie le lundi 16 fév 2015 à 05:33

    Les grecs sont bien constant dans leur façon de concevoir la vie. N'importe quoi et les autres doivent payer. C'est trop facile. Dans le passé Ils ont choisis de mauvais dirigeants qu'ils en assument les conséquences dans le présent. C'est une leçon par l'image pour d'autres pays. On ne peut faire n'importe quoi sans conséquences

  • nayara10 le lundi 16 fév 2015 à 00:31

    Paris ,c'est comme du temps de la ROME Antique :du pain et du vin et à genoux ,ils mangent dans votre main...

  • nayara10 le dimanche 15 fév 2015 à 23:10

    Le système Grecque peut coûter 600 €uros à n'importe quel demeuré.....

  • M4837592 le dimanche 15 fév 2015 à 21:42

    Personne ne paiera plus rien pour ces magouilleurs! Ca nous a coûté cher et il est temps d'en finir. Les grecs ont eu le choix entre la raison et la ruine : Ils ont choisi la ruine. Les allemands et ils ont raison n'accepteront plus de mettre la main au pot. Par conséquent raoust les grecs!

  • crcri87 le dimanche 15 fév 2015 à 21:25

    Faites un référendum Européen sur la Grèce et on verra bien ce que pèsent les rares manifestants non grecs en appui de cette nation représentée par des menteurs

  • pfavier2 le dimanche 15 fév 2015 à 21:14

    Les grecques doivent assumer leur choix de gouvernement et donc sortir de la zone Euro voire même de l'Europe,. Cela implique un défaut sur la dette, un retour au drachme, et donc reprendre en main leur avenir.Difficile surement, douloureux, mais responsable.

  • alc2855 le dimanche 15 fév 2015 à 21:10

    Réunion de pigeons au sommet !

  • M6832035 le dimanche 15 fév 2015 à 20:51

    Ceux qui descendent dans la rue ne font surement pas partie du petit 50% de français qui paient des impôts et ils n'ont donc rien à faire qu'en cas d'accord ce soit toujours les mêmes qui payent en plus pour les Grecs.